Entrepreneuriat – Lepermislibre

Paul 24/02/2015
Partager cet article

L’heure est plus que jamais au « sharing »! La mise en relation simplifiée de professionnels et de particuliers, ou de particuliers entre eux, gagne encore du terrain. Après les succès d’Airbnb et de Blablacar (qu’on a interviewé ce mois-ci), on assiste à la naissance d’un petit nouveau tout droit sorti de l’ancienne capitale des Gaules, Lepermislibre. C’est dans l’esprit de deux jeunes lyonnais, Lucas Tournel et Romain Durand, qu’a germé l’idée d’appliquer ce principe de partage au permis de conduire. L’Hurluberlu a interviewé l’un d’entre eux pour mieux connaître leur concept, leurs motivations et ce qui les a poussés à entrer dans le monde de l’entrepreneuriat.

Entrepreneuriat – Lepermislibre

Lepermislibre

Si ses études ne le prédestinaient pas à monter un tel projet, Lucas affirme qu’en les terminant, il ne pensait qu’à créer son entreprise. Cette idée novatrice lui est venue en discutant avec Romain des contraintes financières et logistiques croissantes que rencontrent les futurs candidats au permis de conduire. En découvrant progressivement les rouages de cet examen, ils se sont aperçus qu’il y avait de nombreux moniteurs indépendants désireux d’augmenter leur nombre d’heures de cours de conduite et que, parallèlement, les moniteurs affiliés à une auto-école avaient parfois des vides dans leur planning hebdomadaire. Nos deux entrepreneurs ont ainsi compris qu’il fallait mettre en relation ces moniteurs avec ces élèves et inversement.

Le concept est simple. La plateforme en ligne permet de mettre en contact des futurs candidats au permis de conduire et des moniteurs sans passer par une auto-école, faisant l’économie d’une démarche parfois longue et coûteuse. Chacun des protagonistes bénéficie d’un espace dédié sur le site. En achetant un « Pack candidat libre », l’élève est directement mis en contact avec un moniteur qui s’est préalablement inscrit dans l’espace réservé à sa qualité. Lepermislibre se charge de la mise en relation par l’échange des coordonnées. Dates et lieux sont ensuite convenus entre l’élève et le moniteur.

Si le gain de temps et l’économie de logistique sont évidents, Lucas se défend de faire de la concurrence aux auto-écoles. S’il a par ailleurs monté une auto-école en ligne comme d’autres ont pu le faire, son concept en est parfaitement indépendant. Lepermislibre regroupe en réalité deux activités: le concept de mise en relation évoqué plus haut et une auto-école en ligne. Le segment de marché sur lequel se sont positionnés les deux entrepreneurs est inédit. Il s’agit en réalité d’une double idée. La première est d’utiliser le temps libre des moniteurs d’auto-écoles et de faciliter le travail de recherche des moniteurs indépendants. La seconde vise à simplifier les démarches des candidats libres au permis de conduire. Tout ceci sans empiéter sur l’activité séparée d’auto-école. Globalement, certains y gagnent et d’autres n’y perdent pas.

Lorsqu’on lui demande s’il a dû faire face à certaines contraintes, Lucas reconnaît ne pas en avoir rencontrées d’insurmontables. Outre les démarches administratives nécessaires au démarrage de son activité et la création du site internet qui concernent toutes les jeunes start-up, la législation relative à son concept est inexistante. De plus, les lois et règlements propres à l’activité d’auto-école ne l’empêchent pas de développer ce nouveau concept.

Pour justifier de leur bonne foi, bien que leurs diplômes universitaires les en dispensaient, Lucas et Romain ont pris le temps de suivre la formation nécessaire pour devenir gérant d’auto-école. Si celle-ci n’était pas indispensable dans le cadre des deux activités de la start-up, l’acquisition de connaissances spécifiques à ce milieu leur a été particulièrement bénéfique; l’objectif étant de mieux comprendre leurs interlocuteurs, d’améliorer leurs connaissances du marché et certainement de rassurer les plus sceptiques…

Lepermislibre fonctionne depuis un mois et les premiers cours de conduite ont déjà eu lieu. Lucas ne pense pas avoir assez de recul pour évoquer un succès mais il ne s’interdit aucune projection. Il nous explique que malgré son implantation à Lyon, les moniteurs proviennent progressivement de régions plus éloignées. Son objectif serait, à terme, de se faire connaître à travers tout l’Hexagone et de couvrir par conséquent l’ensemble du territoire. Ainsi prévoit-il prochainement de lever des fonds afin de développer sa communication et surtout de commencer à embaucher du personnel. Il ne compte pas ses heures et ne ressent pas la fatigue. Il aime ce qu’il fait. Il vit son projet à 200%.

Nous lui avons demandé quelles étaient les qualités requises pour un entrepreneur. Là encore, Lucas fait preuve de prudence et met en avant son manque de recul. Outre l’ambition qui demeure un fil conducteur, il souligne la nécessité de bien savoir s’entourer.

D’autres projets ? Il ne sait pas mais il ne se ferme aucune porte. En attendant, sa start-up, qui vient tout juste de démarrer le moteur, semble être prête pour un sacré road trip!

Rejoignez la page Facebook Lepermislibre ici sur laquelle chacun peut se tenir informé de l’actualité de la start-up et visiter virtuellement ses locaux dans le centre de Lyon !