A propos Hurluberlu et ses ami(e)s

Vous souhaitez aussi écrire un article ? Envoyez le nous sur devenezredacteur( @ )hurluberlu.fr

Comment gérer son épargne en situation de crise ?

Voilà désormais quelques mois que le virus du coronavirus s’abat sur le globe, causant une crise sanitaire, mais aussi financière. A la suite d’une première explosion sur les marchés de la Bourse, c’est à présent l’ensemble de l’économie du monde qui rencontre les conséquences du Covid-19, en plus des arnaques fréquentes sur le net. Pour les personnes qui épargnent, il s’agit d’une épreuve. Alors comment réussir à gérer son épargne en situation de crise ? Si vous n’arrivez pas à vous motiver, les banques mobiles peuvent le faire pour vous. Continuer la lecture

Qu’est-ce que le dropshipping et que faut-il espérer de cette méthode ?

Le dropshipping est une tendance qui prend de plus en plus d’ampleur dans le monde et ce n’est pas pour rien puisque les avantages sont nombreux, et les inconvénients sont généralement minimes selon les solutions choisies. Mais qu’est-ce que le dropshipping au juste et comment en faire ? Voici quelques éléments de réponse pour vous ! Continuer la lecture

Savoir-Utile – Risque-t-on une crise cardiaque en se baignant après avoir mangé ?

Tu te demandes pourquoi, chaque été après avoir englouti sept merguez et avalé un décimètre cube de rosé, ton oncle relou se met à aboyer :

« Plonge pas ! Tu vas faire une crise cardiaque! »

La crise cardiaque en se baignant après manger: vérité ou idée reçue ?

Les faits :
L’hydrocution ou « choc thermique » survient quand la différence de température entre le corps et l’eau est importante. Elle va se produire si l’équilibre thermique corporel est perturbé soudainement par la température de l’eau. L’eau refroidit vingt-cinq fois plus vite que l’air de par sa conduction.

Elle se manifeste par une perte de connaissance, des crampes et peut même aller jusqu’à la fameuse crise cardiaque en se baignant après mangé de tonton. Les frissons, les crampes et les démangeaisons sont des signaux d’alerte à écouter.

Les facteurs de risque :
– Une différence de température importante est d’autant plus dangereuse, l’approche doit alors se faire très lentement.
– Le repas, contrairement aux idées reçues a très peu d’incidence même si la digestion nécessite évidemment un apport d’oxygène accru vers le système digestif (le point culminant étant une heure après la fin du repas). Il s’agit en réalité de la période de la journée où on relève le plus d’hydrocution.
– L’alcool pour finir accroît aussi les risques.

Que faire ?
Un cardiologue en médecine sportive recommande d’être raisonnable et nous explique:
– Les personnes âgées de plus de quarante ans et/ou ayant des problèmes cardiaques sont plus exposées.
– Toutefois il souligne que l’hydrocution peut toucher TOUT LE MONDE, mêmes les meilleurs nageurs.
– Entrer progressivement dans l’eau est une priorité pour que le corps s’adapte à la température.
– Éviter les expositions prolongées au soleil.
– Les excès sous toutes formes (repas copieux, alcool, poppers ou filaments de banane…) vont augmenter les risques.

 

Si vous êtes face à une hydrocution les recommandations sont les suivantes :
–  Sortir la personne de l’eau.

– Appeler les secours (SAMU ou médecins d’urgences).

– Mettre la personne sur le côté ou le pencher en avant pour l’aider à tousser.

– Enlever les vêtements et réchauffer la personne.

– Si il ne respire pas, c’est parti pour jouer au pompier: commencer par trente compressions thoraciques puis alterner avec deux insufflations (bouche-bouche ou bouche-nez si il s’agit d’un bébé) à poursuivre jusqu’à l’arrivée des secours et demander à quelqu’un de se renseigner sur l’éventuelle présence proche d’un défibrillateur.

Bonne chance,

 

Les autres savoirs utiles ?

10 lettres de refus auxquelles vous aurez du mal à croire

10 lettres de refus douloureuses de grands artistes d’aujourd’hui qui prouvent que vous ne devriez jamais douter de vos rêves…

1.  Madonna

Lorsque la reine de la pop a finalement signé avec Sire Records en 1982, son premier album s’est vendu à plus de 10 millions d’exemplaires dans le monde entier. Ce producteur ne la croyait alors pas “encore prête”, mais elle a pris ce rejet comme une motivation et a poursuivi ses efforts. Elle est maintenant l’artiste féminine ayant vendu le plus d’albums de toute l’histoire de la musique.

 

 

2. Tim Burton

Cet éditeur Disney n’a pas jugé commercialisable le premier livre pour jeunes enfants de Burton, “The Giant Zlig”. Ce dernier a pris ces évaluations très à cœur, il a progressivement perfectionné ses compétences et a finalement été embauché comme animateur auprès de Disney quelques années plus tard. Il s’est appliqué dans son travail et a ainsi réalisé ses plus grands films tels que “Edward aux mains d’argent” et “The Nightmare Before Christmas”.

 

3.  Andy Warhol

En 1956, Warhol a donné gratuitement une de ses pièces au Musée d’Art Moderne, mais celle-ci a été mise de côté. Sa chance tourna très vite : en plus d’avoir son propre musée à Pittsburgh (ce même musée qui l’avait rejeté), il y expose aujourd’hui 168 de ses œuvres originales. (Lire ici notre article sur l’Usine de Andy Warhol)

 

 

4. U2

Lorsque U2 a fait ses débuts en 1979, RSO Records n’a pas du tout accroché à la musique du groupe… Mais quelques mois plus tard, le groupe a signé avec Island Records et sorti son premier single international, “11:00 Tick Tock”. Ils ont ensuite rencontré le succès mondial qu’on leur connaît, en vendant 150 millions de disques et en gagnant 22 Grammy Awards (score jamais égalé), et réalisant le plus gros succès en tournée de l’histoire de la musique.

 

 

5. Kurt Vonnegut

Trois extraits de ses écrits envoyés à The Atlantic Monthly en 1949 ont été jugés corrects, mais “pas assez convaincants” pour être acceptés”. Plutôt que de renoncer et s’apitoyer sur son sort, Kurt a encadré la lettre, qui se trouve aujourd’hui dans son Memorial Library à Indianapolis. Son œuvre la plus célèbre, Slaughterhouse-Five, serait inspirée de l’un de ces échantillons.

 

 

6. Sylvia Plath

Bien que ce ne soit pas un rejet complet, le New Yorker a bien demandé à Sylvia Plath de couper presque la moitié de « Amnesiac ». Il est difficile de croire que la poétesse, lauréate du prix Pulitzer quelques années plus tard, ait pu voir un jour son travail « découpé » de la sorte, mais cela montre que même les plus grands ont un jour du faire des concessions.

 

 

7. Gertrude Stein

Dans ce qui est peut-être la lettre de refus la plus sarcastique de tous les temps, Arthur C. Fifield a refusé de publier le manuscrit de Gertrude Stein pour “The Making of Americans”, sans même lire l’intégralité de l’oeuvre. Le célèbre romancier et poète attirera plus tard l’attention d’Ernest Hemingway.

 

 

8. Jim Lee

Aujourd’hui, Jim est le coéditeur de DC Comics et l’une des figures les plus célèbres de l’industrie de la bande dessinée et du film d’animation. Mais dans cette lettre de Marvel (l’une des nombreuses lettres de refus qu’il a pu recevoir tout au long de sa vie), il lui est demandé de présenter une nouvelle demande “lorsqu’il aura appris à dessiner les mains”.

 

 

9. Stieg Larsson

Cette lettre de refus en suédois adressée à l’homme qui est derrière la trilogie “Millenium” lui apprend qu’il n’était pas assez bon à l’époque pour devenir journaliste. Son succès soudain étant arrivé à titre posthume, les auteurs de cette lettre doivent probablement aujourd’hui s’en mordre les doigts.

 

 

10. Edgar Rice Burroughs

L’œuvre la plus célèbre d’Edgar, “Tarzan”, a donné naissance à 25 “suites” et autres reproductions. Mais avant que le monde entier n’apprivoise le fameux homme singe, son histoire a été rejetée sans ménagements par un magazine en 1912. Heureusement, une publication plus clémente a accepté son script plus tard la même année, le lancement d’un véritable phénomène qui est maintenant âgé de plus d’une centaine d’années.

 

 

11 . D’autres n’ont pas gardé de lettres, mais se souviennent des obstacles qu’ils ont pu rencontrer avant de connaître le succès…

Walt Disney – Renvoyé de la Kansas City Star en 1919 parce qu’il « manquait d’imagination et n’avait pas de bonnes idées”.

JK Rowling – L’apprenti sorcier a été rejeté plus d’une dizaine de fois, y compris par HarperCollins, jusqu’à ce qu’un petit éditeur londonien ait enfin donné sa chance à Harry Potter.

Oprah Winfey – Renvoyée de la chaîne Baltimore WJZ – TV parce qu’elle n’arrivait pas à maîtriser ses émotions face à la caméra.

George Orwell – Un éditeur a refusé son roman légendaire La Ferme des Animaux en prétextant que “Il est impossible de vendre des histoires d’animaux aux Etats-Unis”.

Elvis Presley – Après une performance à Nashville au début de sa carrière, il a été dit qu’il était meilleur camionneur à Memphis (son métier précédent) que chanteur.

Steve Jobs – Renvoyé de la société qu’il a créée, Apple, mais rappelé en 1997. Apple est aujourd’hui l’une des plus grandes entreprises mondiales grâce à son travail.

Stephen King – Son premier livre Carrie a été rejeté trente fois. Il était sur le point de jeter le script mais sa femme l’en a empêché et l’a encouragé à tenter à nouveau sa chance.

Marilyn Monroe – Elle a avoué avoir voulu devenir secrétaire avant le début de sa carrière.

 

Nous pourrions vous en montrer beaucoup d’autres, mais la liste ne finirait jamais parce que personne n’a jamais connu le succès sans avoir eu l’expérience de nombreux échecs se traduisant par des lettres de refus du même acabit. Il faut savoir apprendre de ces échecs. Ceux qui réussissent sont finalement ceux qui n’ont jamais cessé d’essayer et qui ont cherché à réaliser leurs rêves jusqu’au bout…
Hugues.

Source : news.distractify

Lettre ouverte à la Mère Noël et roman policier

Citation

 Chère Mère Noël, Les lettres de Noël ne débutent pas souvent comme cela, car on oublie la Grande Femme derrière l’Homme du Moment ! Toutes ces lettres d’amour, dégoulinantes d’espoir, de yeux brillants et de déclarations sur l’honneur de bonne foi et de sagesse pour le Père Noël. Mais voilà pas UNE pour la Mère Noël.

 

La vie n’est pas toujours rose pour la Mère Noël. La mer, elle aimerait bien la voir de temps en temps, la Mère ! Mais elle doit s’occuper de tout le monde.

2000 chaussettes vertes, 1000 slips, 1000 costumes verts et bonnets à laver, à repasser, à distribuer. Voilà l’envers du décor de la vie de la Mère Noël.

Après le vert, le rouge du gros bonhomme, non pas le Beaujolais nouveau mais le rouge vermillon, le Saint-Emilion, le Saint-Nicolas. Et ses petits grelots à lustrer, son appétit à satisfaire, pauvre Mère Noël ! Elle n’est pas au “UN mois par an”, elle, c’est 85 heures toute l’année !

Heureusement pour la cuisine, le CEL (Comité d’Entreprise des Lutins) a organisé des paniers repas pour la durée de la préparation de Noël.

Mais, les animaux domestiques sont une tâche qui incombe à la Mère Noël. Il y a les rennes à chouchouter à coup de chouchoutes, et de choux croûtés au caramel. Car Amelle, la renne suppléante, ne mange que de ça au dessert.

Des cerfs – parlons-en – l’autre jour, lors d’un entraînement, ces coquins ont encore essayé de prendre la place des rennes devant le traîneau.

Alors, me direz-vous comment fait la Mère Noël pour tenir la cadence ?

Que se donne-t-elle comme moyen pour s’évader dans sa bulle ?

Elle lit un bon roman policier comme « Les Sœurs Sans Nom » de Muriel Bonnardel. Alors, bon… une sœur, la mère Noël n’en a pas, son nom est bien connu et elle ne rêve pas non plu d’assassiner son mari.

Son mari qui rit, et non pas La Vache Qui Rit, quoique  – « la vache »; comme il la trouve belle la Mère Noël. Bref, le Père Noël rit de la voir jouer au détective avec Nicole Meuriez.

Elle ? C’est la grand-mère qui raconte sa première enquête, en quête de vérité, Viridis Veritas. Oh, ça suffit tout ce vert on a dit !

C’est vrai que la Mère Noël aurait pu jouer à Candy Crush, mais voilà rien ne vaut un bon suspens avec un mort au deuxième chapitre, du chantage, des suspects et de l’amour ! De plus, ce livre propose une découverte de la Provence et plus particulièrement de  Manosque, avec une touche d’ésotérisme.

L’auteur a bien fait de lui envoyer son roman policier. Elle a appliqué la devise de son détective « Qui ne tente rien n’a rien » ! Sa tante, d’ailleurs, elle n’a rien demandé cette année. C’est si compliqué chaque année de lui trouver un cadeau, alors ce Noël ce sera « Les Sœurs Sans Nom » m’a dit la Mère Noël.

Vous l’aurez compris, la Mère Noël – que j’aime beaucoup – est ma cousine, et (non pas Bécassine), et je souhaitais attirer votre attention sur sa situation.

Pour conclure, cher CEL, je vous suggère d’inclure de nombreux exemplaires de « Les Sœurs Sans Nom » dans la hotte du Père Noël, ayant vu les effets bénéfiques que procure sa lecture.

Vous pourrez lire un extrait ou commander directement sur le site Edilivre.com 

Cordialement,

(Livre) Les émigrants de W.G. Sebald

Image

J’avais décidé de lire W.G. Sebald parce qu’il était cité et conseillé par Vila-Matas dans Le mal de Montano comme l’un des auteurs comptant le plus pour le narrateur obsédé d’écriture autobiographique: Sebald représentait à ses yeux, en même temps que Kafka ou que Pessoa, le genre d’écrivain atteint comme lui de la maladie de la littérature. J’ai donc choisi au hasard dans une librairie Les émigrants pour mieux découvrir l’auteur, attiré par la mystérieuse Continuer la lecture

La bière c’est bon pour la récupération?

Image

On dit toujours après l’effort, le réconfort.

Alors, quand Hurluberlu revient de son footing mensuel,  il aime bien se laisser porter par la saveur d’une bonne bière.
De plus, d’après les on-dit :

« la bière, tu verras! C’est bon pour la récup»

Même dans le sport de haut niveau, la question de la bière après l’effort se pose souvent.

Par exemple, la légende dit qu’Emil Zátopek, fameux coureur de fond tchécoslovaque des années 50 (ayant notamment été le précurseur de l’entraînement fractionné et ayant remporté trente-huit 10000m entre 1948 et 1954) buvait la fraîche boisson fermentée même pendant ses compétitions.

Emil Zátopek champion de la récupération à la bière

Les faits:

Après l’effort:

L’organisme a notamment perdu beaucoup d’eau, a consommé des glucides, des protéines et du sodium. Il lui faut donc du repos après la sollicitation ainsi que des apports pour combler ces carences.

La recette de la bière, en simplifiant est un savant mélange d’eau, d’orge malté et de levures.

Vous pouvez rapidement dire “OUF!”, car oui la bière contient de l’eau des glucides, des vitamines B6 et B12 et des minéraux essentiels comme le magnésium. Et un moment de partage et de détente après l’effort favorise la relaxation.
Mais:

Du calme, posez le décapsuleur et finissez de lire l’article.

– Les calories apportées par l’alcool (7kCal/g) ne sont pas métabolisables par l’organisme et ne participent pas à la récupération musculaire.
– La bière est diurétique. En effet, l’alcool diminue la fabrication d’une hormone : la vasopressine dont le rôle est de retenir l’eau dans l’organisme. L’évacuation de l’eau est donc favorisée alors qu’elle devait participer à la réhydratation de votre organisme.

– Dernier inconvénient, la bière est dépourvue de sodium qui est un acteur fondamental de la récupération glucidique.

 

En même temps, on va en boire une quand même non?

Alors pour la faire courte: OK pour une bière, mais une seulement, et à faible teneur en alcool (pas plus de 5°). Sinon pour ceux qui n’arrivent pas à capter l’attention du barman en soirée, on vous conseil de lire cet article