Doit-on consommer 100% français ?

Quelle est cette drôle de nouveauté de vouloir sans cesse nous faire consommer français, ne sommes nous donc pas satisfaits de notre burger américain, de notre tee-shirt chinois et de notre café brésilien ?

Le « made in France » a été un argument massu utilisé par chacun des candidats à la présidence, au point de nommer un ministre du redressement productif s’habillant en marinière et présentant fièrement un blender, à la manière d’un Rodger Federer présentant le trophée de Wimbledon.
Nous pensions belle et bien avoir enfin enterré le débat, quand un jeune couillu : Benjamin Carle vient nous cueillir à même notre canapé, sur Canal + en montrant qu’il l’a fait; qu’il a vécu en 100% français pendant 9 mois. Cette question est désormais résolue car oui on peut vivre made in France, au risque de manger avarié (n’ayant pas de frigo), de surfer sur une tablette de cuisine et d’écouter Piaf en allant au boulot…

Courageux vous me direz, alors qu’en est-il ressorti de cette expérience ? Qu’il n’est pas décent et surtout profondément stupide de vivre made in France dans son intégralité.

C’est vrai consommer français, au moment de l’apéro, une bonne bouteille de côte du Rhône en main, le saucisson et le fromage sur la table, on se laisserait tous  tenter par l’expérience.

Mais est-il intelligent de fabriquer des téléviseurs, de l’acier ou encore des tee-shirt en France ?

D’abord il serait important de savoir ce qu’est vraiment le made in France. Ainsi, selon l’article 24 du Code des douanes communautaires c’est  « Une marchandise (…) originaire du pays où a eu lieu la dernière transformation ou ouvraison substantielle ». On s’aperçoit alors que le made in France ça ne veut pas dire grand chose.
Face à cette approximation, une entreprise privée a pu créer le « label origine France garantie », deux conditions sont ici à remplir : le produit doit être associé en France et plus de 50% de la valeur ajoutée doit être française.

Donc à votre calculatrice pour savoir si votre marinière, fabriquée à Brest, composée de fil Allemand, de teinte indienne et de coton français, est véritablement française…

Alors oui, on doit consommer français, c’est d’ailleurs vous qui le souhaitez à 78%. Car oui, vous estimez que ça va sauver l’emploi de Jean-Claude Duchenot, 58 ans, un ouvrier spécialisé dans la fameuse technique du cousu retourné travaillant chez J-M Weston.

Vous estimez qu’il a plus de savoir faire que Kim Nguyen 12 ans, un ouvrier Vietnamien qui travaille pourtant 50h par semaine pour 60$.
Vous justifiez ce choix par le fait que c’est plus écolo, que votre chaussure sera plus belle, vieillira mieux, que vous bénéficierez d’un bien meilleur service après vente et que c’est tout de même beaucoup plus chic et dans l’air du temps de consommer français.

Vous aurez, mes amis, à défaut de 100% français, 100% raison.

Le consommateur souhaite retrouver cette French Touch, ce savoir faire et cette image du beau produit.
Le producteur quant à lui peut se retrouver dans ce processus car même s’il est séquestré et ligoté dans son bureau quant il refuse d’augmenter le salaire de Jean-Claude, il peut en effet garantir un SAV de qualité, les frais de retour des produits seront en effet bien moins élevés, ses frais de transaction se trouveront diminués et comme c’est la volonté du marché, le label « France » fera augmenter ses ventes.

Mais vous alors vous me direz, est il important que Pierre Lecocq, surnommé Pierrot, continue de travailler dans les hauts fourneaux de Florange ?

Économiquement parlant OUI, Mais du point de vue du ménage ? Cela ne se justifie pas. On marche sur la tête en continuant à produire ce que Ardhendu Hamsa, un indien de 36 ans travaillant dans une aciérie en Inde produit de qualité équivalente et pour beaucoup moins cher.

Car nous ne le cachons plus, une entreprise en France subira une pression réglementaire et fiscale beaucoup plus importante que sa concurrente en Inde. On pourrait plus simplement rappeler que fabriquer en France coûtera au total 7 fois plus cher que de fabriquer en Chine. De plus le protectionnisme trop poussé nous rappellera de mauvais souvenirs soviétiques. Enfin l’entreprise pourra se demander si le made in France n’est pas une mode de bobo et qu’elle passera comme le bio…

Vous l’aurez alors compris, nous devons consommer français de manière intelligente. Vous devez consommer français dans les domaines dans lesquels nous excellons. Il faut garder à l’esprit que nous ne devons pas accepter de payer 3x plus cher pour un produit mieux fabriqué chez son concurrent étranger. Cela signifie tout simplement que vous devez continuer à consommer des bolides allemand, de la musique anglaise, des films américains ou encore des télés coréennes.

Car en effet, il semble que nous rigolions de manière un peu abusive de nous-même et cela dans tous les domaines, nous sommes de très mauvais commerçants d’un très bon produit. Le consommateur est une personne raisonnable, il doit avant tout être rationnel dans ses choix, je veux dire par là, qu’il doit consommer français pour ce que la France fait de mieux. De fait, il a été prouvé que lorsque Renault a souhaité monter en gamme notamment avec sa Velsatis, que cela a été un bide totale bien que fabriquée en France car le consommateur achète avant tout une image et l’image que renvoie Renaut ne leur permettait pas de se placer à un tel niveau.

Enfin ne confondez pas l’image France avec la fabrication française. Si la première ne cesse de se bonifier avec le temps comme un bon vin, la seconde doit faire sa place dans une société mondialisée où la concurrence extérieure est de plus en plus exacerbée.

Cependant, si vous-voulez consommer 100% français, on vous recommande quelques marques cools, qui font du « made in france« , beaux et malins, pour vous habiller des pieds à la tête.

Le tee-shirt des Fists et des Lettres de « Monsieur Tee-shirt » (17 euros)

Le sweat « Bachibouzouk » des Petits Frenchies (42 euros)

Docksides rouge pas Sebago (109 euros)

Alors, elle est pas belle la vie avec nous ?

Economie – Le « french bashing » est-il vraiment justifié ?

Citation

Le french bashing ou le dénigrement Français

C’est un sport national outre-Manche, depuis quelques mois, que de se moquer des français et surtout de la santé économique du pays.
Sans vraiment savoir pourquoi le pays des droits de l’homme  est devenu la risée des Anglo-Saxon, c’est le « french bashing ». Essuyant les moqueries douteuses  tantôt du  quotidien britannique The Economist  qui taclait la France à coup de Unes sanglantes (« La France dans le déni » publié en mars 2012, et « La bombe à retardement au cœur de l’Europe » en novembre de la même année). Tantôt par des  dossiers incriminants la politique économique du pays publiés par Netweeks au début du mois de janvier et qui sonne aussi bien qu’un plaquage haut lors d’un traditionnel crunch.
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=JsH-NrXCuwY[/youtube]
Rajouté à cela, qu’aucun arbitre français n’a été sélectionné pour aller à la Coupe du Monde au  Brésil et que les agences de notation ne font que dégrader la note de la France (notamment Standard & Poor’s qui est passée de AA+ à AA en novembre dernier). On peut légitimement en déduire, que les Anglo-Saxons n’ont pas l’Hexagone en odeur de sainteté en ce moment.

Une politique de taxation maximum

Dans la sinistrose ambiante, la France n’est pas si mal lotie. Certes, elle reste à la traîne derrière l’Allemagne, qui a été portée par son redoutable secteur de l’exportation. Mais la France fait de meilleurs résultats que la plupart des autres pays européens. Et on ne parle pas seulement des pays frappés par la crise de la dette. La croissance française a dépassé celle de piliers de l’UE comme la Finlande et les Pays-Bas.
Cependant le virage adopté par François Hollande depuis  le début son quinquennat fut radicalement socialiste dans une tradition bien française ; qui est de dépenser sans compter et de taxer au maximum. En se complaisant à surtaxer les entreprises et les particuliers pour combler la dette, il n’a obtenu que l’effet inverse.  En effet fin novembre, le couperet est tombé; le produit des recettes fiscales s’établissait à 284 milliards au lieu des 287,5 milliards prévus, il  a donc une moins-value de 3,5 milliards d’euros d’enregistrée.  Paradoxalement le gouvernement a continué de créer de nouveaux postes de fonctionnaire, notamment dans le secteur de l’éducation, ne faisant qu’aggraver un peu plus la charge des dépenses publiques dans un pays qui compte déjà deux fois plus de fonctionnaires que son concurrent direct, l’Allemagne.
Les Anglo-Saxons ont  donc raison d’avoir des inquiétudes, car la politique économique de la France est désastreuse. Alors, on est, pour l’instant, encore loin du prix du litre de lait à 4$ comme l’affirmait la journaliste américaine, mais on est certainement sur la pente de la « déflation programmée« .

De quoi se mêlent-t-ils?

La vrai question n’est pas finalement de savoir s’ ils ont raison ou pas. Mais plus de savoir pourquoi les journalistes Anglo-Saxons  s’immiscent dans la politique économique du pays.
Est-ce que des éditorialistes du Monde vont demander à David Cameron pourquoi il a entrepris une croisade contre la pornographie sur Internet ou vont-ils s’indigner devant l’espionnage à grande échelle du NSA aux Etats-Unis?
La réponse est indéniablement oui, ils le font chaque année.
Les grands quotidiens français ne se ménagent pas envers la population et les moeurs américaines ou certaines politiques menées au Royaume-Unis. Pour s’en convaincre, il y a qu’à voir l’accueil qu’à réserver la presse française à la mort de Margaret Thatcher en avril dernier, c’est à peine si elle en a parlé. Lorsqu’elle a eu la courtoisie de lui consacrer un papier s’était pour l’affubler de tous les maux, à la manière du grand Renaud. Comble de l’arrogance française, François Hollande n’a même pas eu la décence  d’envoyer un ministre le représenter à l’enterrement.
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=MJcUMKGCdrY#t=38[/youtube]
Deuxième raison de l’intérêt que peut avoir les anglais pour la politique économique français. C’est qu’ils sont directement concernés par la santé du pays. Tous les deux étant membres  actifs de l’Union Européenne, il est normal que les journalistes se posent quelques questions sur la mentalité ambiante qui règne en  Hexagone. La Rose a donc des raisons de piquer au vif le petit Coq, elle est même dans son bon droit.

Les politiciens  français en guise de seul réponse devrait faire profil bas et remobiliser l’économie du pays plutôt que de tenir des propos médisants (l’ambassadeur français à Londres a publié une lettre ouverte au Royaume-Unis pour défendre la France qui a bien faillie dégénérer en incident diplomatique). Comme au Rugby, rien ne sert de parler avec les Anglais, la meilleure des réponses se fait sur le terrain.. 

Vers un renouveau économique qui fera taire la critique?

Mais 2014 pourrait être une année charnière  pour la France qui redorerait son blason, si François Hollande se décidait, comme Mitterrand avant lui, d’opérer un virage économique de sociaux démocrate, c’est  à dire moins d’interventionnisme étatique pour privilégier le marché. Lors de ses vœux, le président a prophétisé que 2014 serait « une année des décisions fortes ». Il a dénoncé une fiscalité « trop lourde », mise en garde contre « les excès et les abus » qui plombent la sécurité sociale, proposé aux entreprises un « pacte de responsabilité » : une baisse des charges et du coût du travail en échange de créations d’emplois. En s’éloignant de la vieille gauche orthodoxe, il pourrait remettre le pays sur les railles comme on su le faire certains de ces anciens collègues notamment Tony Blair au Royaume-Uni et Gerhard Schröder en Allemagne, mais en est-il vraiment capable, là, est toute la question.

(Photo : The Economist)

 

Lire notre article sur le MADE IN FRANCE

10 raisons d’être optimiste pour 2014

L’affaire est dans le sac, l’année 2013 a touché  à sa fin il y a quelques heures et avec elle vous avez entériné tous vos lots de souvenirs en vous gavant de champagne et de petits fours implorant les astres pour que 2014 vous donne enfin un peu de  bonheur.

 Soyez optimiste, il y a des raisons  pour qu’on se marre en 2014…

1) Sport – l’équipe de France va faire rêver, Rolland Garros va enfin revenir à un tennisman français.

En renversant la vapeur face à l’Ukraine et ainsi se qualifier au grand carnaval de cet été, l’équipe de France a renoué avec son public. Cela peut paraître anodin, mais après la tragédie sud-africaine, cela relève de l’exploit que cette équipe soit remontée dans le cœur des Français. Pour vous la faire courte, on pronostique une qualification houleuse  en poule, avant  de vraiment se la donner jusqu’en finale. Malheureusement, le jour J, Ribéry et ses potes se seront pas remis de leur cuite après la demi-finale remportée face à la Roja et vont s’incliner contre le Brésil, pays organisateurs que rien ni personne ne pourra  arrêter.  C’est sûr que finalement on sera triste, mais on va y croire un petit moment c’est déjà ça.

Le 5 Juin 1983, Yannick Noah remportait Roland Garros.

Pour Roland Garros, c’est une autre histoire, 31 ans qu’un Français ne s’est pas imposé à Paris. Donc c’est vrai qu’au premier abord annoncé du bleu/blanc/rouge sur terre battue, c’est comme prédire Hollande prix Nobel d’Économie  : c’est ambitieux.  Cependant on a des raisons d’y croire, déjà parce que l’ami  Roger va se retirer de la compétition et que forcément ça va faire un adversaire en moins, ensuite parce que le cyborg  Nadal va déclarer forfait pour avoir égaré son slip porte bonheur, dans ces conditions ça va être easy pour un Gasquet, un Tsonga ou pourquoi pas un Monfils de ramener le trophée à la maison.

2 ) Santé – On va guérir le SIDA

Il est incontestable que l’épidémie de VIH demeure le cas sans précédent de l’histoire médicale du XXe siècle. Sans précédent à plus d’un égard : par ses morts (36 millions), par le nombre de personnes vivant aujourd’hui avec le VIH (35 millions dans le monde ) —, par le nombre d’enfants ayant perdu un ou deux parents (17,8 millions), par le nombre de nouvelles infections chez les jeunes femmes (50 par heures). Soigner le SIDA, c’est un peu la vieille histoire de Pierre et le Loup ; chaque année on s’en approche, on se dit qu’enfin, on va définitivement éradiquer cette horreur, mais finalement, la science n’y arrive pas et cela fait 25 ans que ça dure. Alors c’est vrai, la médecine a fait des progrès incroyables en permettant notamment de stopper la progression du virus,  transformant ainsi une maladie mortelle, en une condition chronique. Il est aussi possible d’éradiquer le virus pour un patient qui vient d’être contaminé par le biais des programmes de prophylaxie post-exposition. On est à peu près sur à 93% de vous guérir si vous prenez le traitement dans la semaine qui suie l’acte de contamination. Enfin une étude  menée au Gladstone Institute aux États-Unis décrit, pas à pas, les mécanismes moléculaires qui s’enchaînent dans le corps humain, de l’infection à VIH au développement du sida. On peut donc espérer qu’avec cette avancée les chercheurs seront à même de trouver une piste pour détruire le virus. Après il faudra le distribuer dans le monde entier, ce qui n’est pas mince affaire avec les lobbies  pharmaceutiques, mais ce serait clairement une avancée décisive contre ce fléau.

3) Contraception – Le préservatif du futur


Comme disait Marla Singer dans Fight Club : « La capote c’est le soulier de verre de notre génération, on l’enfile quand on rencontre une inconnue, on « danse » toute la nuit, et puis on la balance ». Une belle invention donc qui évite comme des centaines de grands hommes avant vous de mourir d’une maladie sexuellement transmissible. Demander à Baudelaire ou Vincent Van Gogh que même le génie n’épargna pas de la Syphilis, ce qu’ils en pensent. Par contre, c’est vrai que pour beaucoup d’hommes, le préservatif reste un fardeau. C’est la raison pour laquelle la fondation Gates, de Bill et Melinda, a lancé un appel pour une bourse de 100 000 dollars à qui fabriquera le préso du futur, celui que les mecs ne refuseront pas d’enfiler sous prétexte qu’ils n’aiment pas en porter. Les lauréats, au nombre de 11, recevront la bourse et permettront à nos pénis de fourrer pépouze sans perdre la tendre chaleur et l’agréable frottement du vagin de nos douces. On  ne va pas commencer à détailler tous les programmes, mais on espère que la capote du futur rentrera au patrimoine mondial de l’UNESCO dès 2014…

4 ) Musique – Les Daft-Punk en tournée européenne


Si comme nous vous étiez trop jeunes pour apprécier les bienfaits de la musique électronique lors de la dernière tournée du duo casqué le plus célèbre de la planète en 2007, vous comprendrez assurément l’impatience qui nous envahit à l’annonce d’une éventuelle  future tournée mondiale des  Daft-Punk.  Revenu sur le devant de la scène avec Random Access Memories, l’album le plus vendu de 2013, nous laisse espérer une tournée pour 2014. Rien de sûr bien évidemment, en tout cas rien d’officiel, la seule certitude c’est qu’ils seront scène le 29 janvier prochain pour la cérémonie des Grammy Awards. Il faut donc se tenir prêt à toutes éventualités et surtout à être réactif, car on vous l’assure si une telle tournée est programmée, il va y avoir du monde au balcon. Donc  il faut donc se préparer au camping sauvage devant la FNAC et autre cassage de tirelires qui vont de pair avec ce genre d’évènements et l’on comprend pourquoi lorsqu’on sait comment les deux robots ont l’habitude d’exécuter leurs shows. Pas vraiment de mots pour qualifier leurs concerts, alors un conseil: soyez sur vos gardes !
https://www.youtube.com/watch?v=y2fHQs_HG6Y

 

5) Humour – Le grand retour des Inconnus

On a tous leurs « Best of » qui trône dans un coin de la bibliothèque de notre salon, on connaît les répliques par cœur, pourtant là encore, histoire de génération oblige, on n’a jamais vu Pascal Légitimus, Dider Bourdon et Bernard Campan sur scène. Un manque qui va surement être possible de combler en 2014, car les Inconnus ont décidé de se reformer. Vu la communication qu’ils ont déployé ces derniers jours, il est difficile d’être passé à côté de la nouvelle. Mais pour ceux qui vivent dans une grotte, on vous laisse les trois objets de leurs retours, une vidéo avec Norman, une vidéo avec le grandiose Palmashow et la bande-annonce de la suite des Trois frères.  Le trio légendaire des années 90 s’apprête donc à attaquer 2014 d’un pied déterminé et ça fait bien plaisir.

 

6) Série – Game of Thrones, ça continue

Emma Watson dans Game of Thrones

Si on est de plus en plus nombreux à mater des séries, c’est que celles-ci sont de mieux en mieux, il y a rien qu’à regarder la dernière saison de Breaking Bad pour s’en convaincre. Si l’histoire de Walter White vous a fait rêver, c’est que vous devez suivre ardemment Game of Thrones (lire ici notre lettre ouverte aux scénaristes) et que comme nous vous attendez impatiemment la suite de la saison 3. La prochaine saison couvrira la deuxième partie du troisième roman de George RR Martin, « A Song of Ice and Fire ». En effet, si la première et la seconde saison adaptaient respectivement le premier et le deuxième livre de la saga, le troisième était trop long pour être traité en une seule saison. Ce qui est sûr, c’est que pour remplacer les personnages disparus, de nouveau vont faire leur apparition et certains auront une influence considérable sur le déroulement de l’intrigue.

Un nouveau membre de la famille Tyrell viendra donc mettre son grain de sel dans les affaires de Westeros, et il s’agit de Mace Tyrell, le père de Maergery. S’il est décrit comme pas très intelligent et pas tacticien pour un sou, il fera tout pour protéger sa fille adorée. Mais un autre personnage bien plus dangereux fera son apparition : Oberyn Martell. Surnommé la Vipère Rouge, il fait partie de la famille éloignée de Daenerys Targaryen. Et il y a une bonne nouvelle pour ceux que l’extermination des Stark scandalise : ce personnage devrait mobiliser toutes ses forces contre l’un des Lannister. L’heure de la vengeance aurait-elle sonné ?

C’est ce que vous serez en regardant la nouvelle saison de the Game of Thrones prévu pour le printemps 2014 sur la chaîne américaine HBO.

 

7) Économie – la relance

Alors c’est vrai que l’économie française est actuellement un peu vérolée, et que si l’on est encore loin du marasme dans lequel certains de nos voisins de l’Union européenne sont empêtrés (Espagne et Grèce en tête), on s’approche doucement du point de non-retour. Mais on  n’est  pas dans une situation irréversible, et il est encore possible de croire en une amélioration pour 2014. Hollande ne cesse de cumuler les bourdes certes, pariant sur une augmentation des taxes pour éponger les dettes, alors que cela à tout bonnement l’effet inverse. Mais  il y a des raisons d’être optimisme, et même s’il n’ y en a pas, il faut s’en convaincre, car la France a besoin de croire en elle même si elle veut s’en sortir. Il faut donc arrêter de pleurer sur son sort, de se diviser et de se quereller. La société française doit apprendre à faire front ensemble contre l’adversité plutôt que de s’éparpiller sur des problèmes sociétaux qui n’en sont pas. Pour 2014, on croit à la relance, pour le bien de notre pays, tout simplement.

Au pire, si ça ne va pas mieux, on peut d’hores et déjà sortir le Pop-Corn car c’est la Grèce qui prend la présidence du Conseil Européen, pour rappel l’organe qui donne l’impulsion politique à l’UE  et la Russie qui prend les commandes du G8. Avec ça on se dit que l’année politique s’annonce tout de même marrante, non?

 

8) Société – Justin Bieber arrête sa carrière

Depuis qu’il a 12 ans, ce petit moustique se pavane en compagnie des plus grandes stars de la planète et gagne en un mois, ce que tu ne pourras jamais espérer gagner en une vie (même si on vous le souhaite!).  Il pense qu’il peut tout se permettre grâce à sa popularité sur les réseaux sociaux, (60 millions de fans sur Facebook, presque autant que toute la population française) le mec nargue la terre entière avec son air prétentieux et arrive à créer une embrouille sur embrouille à chacun de ses déplacements. Alors oui, il essaye de se racheter en faisant régulièrement des dons plus que généreux à des associations, mais prenez garde, ce n’est qu’un « budget communication », un loup habillé en agneau. De plus, vue comme il a l’air d’aimer son prochain, son manager doit vraiment lui trouer le cul lorsqu’il lui demande des chèques pour le racheter de : se bagarrer avec des paparazzi; taper le tourmanager de Michael Woods ou encore  menacer de mort et cracher sur son voisin.


Bien, sachez que 2014 va peut-être sonner la retraite pour Justin Bieber qui a récemment déclaré sur son  compte Twitter qu’il voulait arrêter la musique. L’annonce a été faite le 25 décembre, comme un cadeau de Noël que le destin a voulu nous envoyer, la providence est parfois de bon augure. Affaire à suivre…

 

9) Sexe – Miley Cyrus va sortir une sextape

Si Harry Potter a sa cape d’invisibilité, Miley Cyrus a ses maillots de bain..

Là encore on l’annonce directement, on spécule grave. Mais il faut bien avouer que l’ex-star de Disney Channel est capable de battre mademoiselle West (Kim Karadashian)  au jeu de l’exhibitionnisme. En ce moment, la règle de Miley c’est « toujours plus », plus dans la coupe de ses maillots de bains, plus dans la suggestion de ses danses, plus dans ses photos Instagram, plus dans ses apparitions médiatiques, et plus aussi dans le ridicule. Alors à ce rythme-là on se dit qu’elle peut nous sortir une petite sexe tape histoire de finir en beauté sa carrière d’objet sexuel médiatique. Ce n’est pas vraiment une raison d’être optimiste, mais en même temps ce n’est pas non plus une raison pour nous rendre tristes.

 

10) Hurluberlu vous prépare plein de surprises

On a décidé de se faire un peu de pub en ce premier jour de 2014, car beaucoup de choses sont dans les tuyaux. À commencer par des nouvelles rubriques, d’autres cadeaux (et pas qu’à Noël) et bien sûr, on va continuer à vous filer quelques bons plans, des conseils et vous écrire plein de petits articles alors vous savez ce qu’il vous reste à faire: être optimiste pour 2014!

 

En attendant, on vous souhaite une  excellente année 2014.

Économie – Les meilleurs investissements pour 2015

Image

Les livrets ne rapportent plus rien. L’immobilier chute. L’or se dévalorise … C’est de plus en plus dur de  faire des placements rentables; mais pas de panique, on vous concocté un petit guide pour optimiser vos investissements en 2015 !

Les meilleurs investissements pour 2015

Investissez dans vous même !

« J’ai fini mes études, je suis formé !  » C’est peut-être bête à dire, mais trop nombreuses sont les personnes qui raisonnent de la sorte. Les investissements personnels se font de partout et en continu (dixit le CPF compte personnel formation ex DIF droit individuel à la formation). Visiblement, vous le faites déjà si vous lisez ces lignes. Soyez constamment en éveil ! Connaître son environnement passé, présent et futur est essentiel, si vous-voulez vraiment savoir où vous en êtes. Privilégiez les informations de la radio au jeu sur votre smartphone le matin en vous rendant au boulot. Préférez des livres d’histoire, de politique et  d’économie le soir quand votre colocataire vous appellera pour mater la nouvelle saison de Borgia. Et posez-vous toujours la question : Qu’est ce que ça va m’apporter de plus dans un, deux, cinq ou dix ans ?

Travaillez aussi votre relationnel, sortez, partagez, échangez, voyagez vous  permettra d’avoir d’autres visions que la vôtre. Vos rencontres vous seront toujours utiles. Quelqu’un de populaire lancera plus facilement un projet qu’un d’inconnu, voir grognon, car il obtiendra directement un meilleur « followé » et une meilleure image de marque due à son capital sympathie (oui, on parle bien de capital..).C’est important de développer une vie la plus sociable possible.

Petits montants

– Prêtez : Même si les taux sont assez bas, ce n’est pas pour autant que les banques prêtent plus (+). Au contraire, elles sont de plus en plus méfiantes et on en vient à se demander si la notion du prêt existe toujours tellement elles nous demandent de garanties.

De plus en plus de start-ups s’essayent alors au crowdfunding pour trouver des fonds et les business angels sont sollicités de toutes parts. Alors, pourquoi ne pas prêter vos liquidités ?

Attention auparavant de bien faire signer une reconnaissance de dettes à votre emprunteur en sa personne physique non en sa personne morale. Cette reconnaissance définit  les modalités de remboursements et intérêts. Vous serez également protéger en cas de dépôt de bilan.

– Si vous disposez d’un petit budget que vous désirez placer, regardez du côté des places de parking par exemple. Ces placements peuvent être très rentables si les places sont bien situées, ils vous assureront une meilleure rente que les pauvres 1% de votre Livret A. La SCPI (société civile de participation immobilière) aussi connue sous le nom de « pierre papier » peut  également être une solution. Moins connue que sa grande sœur la SCI, la SCPI est une société qui gère un patrimoine locatif et qui vous permet d’investir dans la pierre à partir d’un apport plus bas.
– Investir dans des franchises ou des petites entreprises comme les food trucks, les laveries automatiques ou encore des salles de sports sont des investissements qui peuvent rapporter à condition d’avoir le temps de s’en occuper et d’ y réfléchir avant d’investir.
– Investir dans l’argent. On le sait maintenant, l’or baisse. Mais n’y a-t-il que l’or qui soit intéressant ? L’argent est aussi une piste à étudier. Il est, pour l’instant, vraiment bon marché mais son cours risque de s’envoler si une méfiance se confirme sur les marchés de l’euro et du dollar. N’oublions pas que l’argent fait office de monnaie dans les 2 plus grosses puissances mondiales émergentes que sont Inde et la Chine.

L’immobilier.

Un des placements les plus sûrs, Papa et Maman ne cessent de nous le répéter (quand ce n’est pas notre femme) : c’est l’immobilier. Il serait bête de ne pas en profiter car les taux d’interêt sont extrêmement bas et vont probablement encore baisser. Mais où trouver LA bonne affaire qui nous rapportera entre 8 et 10% ?
Forcément, investir dans la pierre en France est la solution de proximité et de simplicité. Mais attention, la bulle est en train de dégonfler. D’après Thomas Samson journaliste à L’Express, « Elle pourrait être d’au moins 30% par rapport au pic de 2011, dans cinq à dix ans. À Paris, on pourrait avoir une baisse de 5 à 6% en 2014, de 10% en 2015, puis de 4% dans les années qui suivent ». Mais pas de panique, d’autres pays comme l’Espagne, la Belgique, les Pays-Bas ou encore l’Angleterre offrent encore des investissements très intéressants.
L’Allemagne fait partie de ces jolis coups à faire. Vous pourrez y trouver de grandes surfaces dans de beaux quartiers à 3 000e le m2 alors que vous payerez 10 000 euros le m2 à Paris. Avec le tourisme de masse, l’Allemagne connait une bonne croissance et le prix de l’immobilier est en train de grimper doucement, mais sûrement. À noter, il est aussi possible en Allemagne de déduire 2,5% du prix d’achat des revenus locatifs de ses impôts.
Mais en ce moment, les meilleures affaires (à proximité de la France) se font au Portugal. Très tendance chez les retraités, le Portugal connait de très bons avantages pour les impôts. La pierre et la vie y sont trés raisonnables. Si vous arrivez à louer le bien acquis à la semaine ou au mois à des touristes, c’est gagné de tous les côtés et vous aurez même un petit coin au soleil pour y faire de petites virées lorsque ce n’est pas loué !

L’investissement « passion »

– Faites des investissements « passions ». Pourquoi allez-vous risquer d’investir 15k euros en bourse si vous n’y connaissez rien ? Investissez dans ce que vous connaissez ! Les œuvres d’art, l’horlogerie, les voitures de collections, le vin ou encore les forêts sont toutes sortes d’investissements que vous pouvez réaliser à partir de (presque) n’importe quel montant et qui peuvent s’avérer extrêmement rentables si vous arrivez à dénicher la bonne affaire.

La Ferrari 250 GTO de 1962 est devenue la voiture la plus chère du monde en Juillet dernier (2014) en se vendant à 38,1 Millions $. Impossible de trouver son prix à sa sortie, mais je pense que l’investissement est plutôt pas mal. Surtout que les experts pensaient la voir partir à 58 millions !!

PS : Si vous avez en revanche les poches vides, ne vous en faites pas, en épargnant un peu chaque mois vous pourrez vite vous constituer un petit pécule que vous pourrez faire grossir petit à petit. Il existe aujourd’hui de nombreux moyens pour vous faire un peu d’argent facile. Le sharing est à la tendance, louez votre résidence sur Airbnb, vos objets sur E-loue ou Zilok, partagez vos frais de transports avec BlaBlaCar ou faites simplement le tri et vendez les choses dont vous ne vous servez plus sur LeBonCoin.

Economie – Qu’est devenue la taxe à 75%?

Où en sommes nous avec la taxe à 75% de François Hollande ?

Coup de com’ de génie durant la campagne présidentielle, devenue une vaste mascarade  lorsqu’il a fallu la mettre en oeuvre. La taxe à 75% sur les revenus au-dessus d’un million d’euros revient en fanfare à la suite de l’annonce de la ministre des Sports, Valérie Fourneyron, de taxer aussi les footballeurs. Malgré la censure par le Conseil Constitutionnel en décembre dernier, le projet de loi sera bel et bien de la partie lors de l’élaboration de la loi de finances 2014.  Explication de texte sur ce qui restera comme la mesure fiscale la plus obscure de ces dernières années…

Lancée à la télévision le 27 février 2012, la promesse du candidat Hollande avait parfaitement rempli son rôle, choquer l’opinion pour mieux lancer une campagne qui promettait d’être difficile. Dans la presse et dans les médias, les réactions avaient été vives, créant la surprise y compris à l’international où beaucoup de personnalités s’étaient indignées de cette mesure et notamment l’acteur américain Will Smith.

C’est vrai que mettre en place une taxe spécifique qui toucherait les trois quarts des revenus au-delà du million d’euros par an peut sembler particulièrement injuste et difficile à mettre en place. En effet, la première proposition de loi prévoyait que soit taxé le revenu annuel de chaque personne au-dessus de 1 million d’euros par an. Rappelons-le, en France l’impôt sur le revenu est payé en fonction d’un foyer fiscal et non directement individu par individu. C’est la raison pour laquelle le conseil des sages, ou du moins ce qu’il en reste, a décidé de censurer le projet de loi aux motifs de « méconnaissance devant les charges publiques ». Il était en effet anormal qu’un célibataire soit taxé à partir d’un million d’euros de revenus annuels et qu’un couple soit taxé à partir de deux millions annuels.

Bref, de l’eau a coulé sous les ponts; le PDG de Publicis, Serge Lévy s’est versé 19,6 millions de rémunérations annuelles et Dany Boon et ses potes ont pu partir tranquillement à Saint Barthélémy pour les fêtes de fin d’année et les vacances d’été aussi, lorsqu’on aime, on ne compte pas.

Bien que la majorité de cette oligarchie n’ait pas leur foyer fiscal en France, le  gouvernement de Monsieur Hollande ne pouvait pas se permettre de demeurer trop longtemps le bec dans l’eau. L’affaire Cahuzac désormais enterrée, c’est avec un grand plaisir que l’on apprend que  la loi de finances 2014  par le biais de son article 9 comprendra une taxe pour les plus hauts revenus et qu’elle s’appliquera même au club de foot de ligue 1. C’est vrai que depuis que l’on a rebaptisé un bien triste Paris/Monaco en « cashico ». Il serait vraiment dommage de ne pas en profiter…

Comme à la cantine du collège lorsque tu te fais piquer la dernière assiette de saucissons par les grands 3ème, tu fais vachement attention à bien arriver en avance les prochaines fois. Raison pour laquelle, le nouveau projet de loi est assis sur des bases solides, pour être sûr de ne pas faire entorse à notre chère Constitution.

Désormais, les 75% ne seront pas payés en marge du revenu mais directement par les entreprises qui offriront plus de 1 million d’euros annuel à leurs salariés et dirigeants, et cela de manière individuelle. En clair, si une entreprise veut verser des gros salaires à ses employés, elle devra en sus casquer une petite taxe et cela pour les revenus attribués en 2013 et 2014. C’est donc une mesure dissuasive qui s’inscrit dans la ligne directe des promesses de François Hollande de lutter contre la finance et surtout ses dérives. Il faut tout de même noter que cette future taxe est plafonnée à 5% du chiffre d’affaire annuel de la société. C’est là, où nos amis les footballeurs interviennent, car oui le PSG avec sa pléiade de stars était parti pour être coiffé d’un casque en fonte, mais ce plafonnement évite que l’addition ne soit trop salée. Pour rappel le club de la capital compte 21 mercenaires qui ont un salaire annuel supérieur au million, alors que  l’Olympique de Marseille en compte 17 et les Girondins de Bordeaux 14 au même titre que l’Olympique Lyonnais . En avant Guinguamp demeure épargné ainsi qu’Evian-Thonon-Gaillard et Valencienne, nos soirées du samedi soir restent donc sauvées.

Actuellement on estime à environ 300 le nombre de sociétés qui devront s’acquitter de cette nouvelle « taxe exceptionnelle de solidarité sur les hautes rémunérations versées par les entreprises », parmi lesquelles les sociétés cotées en bourse, mais aussi celles qui n’ont pas cette chance, les banques d’affaires ou les professions libérales organisées en société. Le projet semble donc au premier abord joli, puisque semblant instaurer une barrière fiscale contre les manières presque indécentes qu’avaient certains patrons de s’octroyer des sommes faramineuses alors qu’ils licenciaient leurs salariés à tour de bras. Malheureusement, force est de constater que statistiquement, en France, selon l’Insee, en 2007, le salaire moyen gagné par les 1 % de salariés les mieux payés était de 215 600 euros. On constate alors  que la mesure ne s’appliquerait que pour  0,01 % des salariés les mieux rémunérés, soit quelques milliers de personnes tout au plus. De plus cette petite élite ne tire pas ses revenus uniquement de son activité salariale, mais aussi de son patrimoine. Or il n’est pas prévu que cette nouvelle taxe ne prenne en compte les stocks options ainsi que les primes exceptionnelles qui ont été au cœur des débats durant la crise des Subprimes et les fameux parachutes dorés.

Sans compter que les les fiscalistes trouvent régulièrement des parades pour contourner les mesures fiscales qui se veulent punitives. Lorsqu’on sait que  l’Etat est actionnaire de Renault et que son patron, Carlos Ghosn, touche près de 10 millions d’euros au Japon de la part de Nissan, tout en tenant son engagement politique, on peut légitimement se demander quel sera l’impact de cette future taxe sur le système économique.

Comme disait Audiard  « quand on parle pognon, à partir d’un certain chiffre tout le monde écoute.«