Médias – Pourquoi devrait-on tous avoir Dan Bilzerian dans nos amis ?

Dan Bilzerian, ce nom ne vous dit peut-être rien, pourtant avec ses quelque  80 000 fans sur Twitter et plus de 414 000 fans sur Instagram,  il est l’idole de toute une génération qui voit en lui l’incarnation du Rêve Américain. Non pas qu’il soit doté d’une plastique exceptionnelle comme Jen Selter, mais parce qu’il affiche sur les réseaux sociaux la GRANDE vie à base de villas de luxe, de grosses voitures et de jolies jeunes femmes.

Dan Bilzerian, c’est un peu le pote que tu rêverais d’avoir pour qu’il te fasse enquiller dans ses soirées de démence où l’argent coule à flots et  les jeunes filles aux tenues  affriolantes sont aussi nombreuses que les bouteilles de Dom Pérignon.

Cracheurs de feux et sirènes, les soirées de Bilzerian sont pharaoniques.

C’est un peu cliché, de vouloir ce mode de vie qui va sûrement paraître primaire pour certains de nos lecteurs (trices), mais il faut bien avouer que l’on aime ou que l’on déteste Dan Bilzerian a une vie fascinante.

Un fils de riche, mais pas uniquement …

À la grande loterie de la vie, le petit Dan a été plutôt gâté. En effet, il est le fils de Paul Bilzerian, un vétéran de la guerre du Vietnam et ancien pensionnaire de la très prestigieuse Harvard Business School, qui a fait fortune au début des années 80, en rachetant massivement des entreprises publiques en état de ruines économiques.  La famille Bilzerian a donc mené la belle vie dans une villa de  44 000 m2  en Floride.

Mais comme souvent dans les  contes de fées, il y a un élément perturbateur qui est venu bousculer l’idylle ; son père fut dépouillé de sa fortune et condamné à une lourde peine de prison pour fraude fiscale, le lot de tout entrepreneur qui a plus gros yeux que grands ventres. Un appétit que son fils  Dan ne cessera de cultiver toute au long de sa vie et qui explique sans doute le succès qu’il connaît aujourd’hui.

Le garage de Dani

Après s’être baladé dans plusieurs états américains  pour faire face à la crise familiale, il s’engage finalement dans les forces spéciales maritimes américaines, lieu où il se forgera une plastique de playboy GI JOE et où naitra une passion débordante pour les armes à feux. L’entrainement militaire est  finalement de courte durée, bien qu’intensive, puis qu’après  une grave blessure à la jambe, et un cours passage à la fac de médecine, Blitz se découvre sa vraie passion : le poker.

Tu veux être un mec stylé sur les réseaux sociaux ? Peut être que tu devrais visiter cette page.

Son rapport au jeu d’argent est avant tout passionnel, car bien que ne faisant pas partie des meilleurs joueurs du circuit, il est connu dans le « milieu  du poker » comme un des participants les plus extravagants, n’hésitant pas à aller à tapis avec des sommes faramineuses. Il a un côté « poche percé » qui lui a valu la réputation de balla, terme qui désigne une personne qui dépense sans compter tant sa fortune est grande.

Photo d’une de ces potentielles mise faramineuse.

S’il n’a jamais gagné de compétition majeure, il a réalisé quelques belles performances en remportant notamment 385 000 $ au Las Vegas Speedway en 2009. Mais il est surtout connu pour avoir créé un site de poker en ligne nommé Poker Victory.

Un rythme de vie qu’il affiche sur ces réseaux sociaux

Deux attaques cardiaques successives dues à son rythme de vie haletant et son importante consommation de cocaïne le coupent dans son élan. C’est depuis ce malheureux épisode que Dan a décidé de partagé toute sa vie sur les réseaux sociaux via son compte Instagram. Cumulant les photos de filles en top less, les jets privés et les voitures de luxe, sa popularité est telle, qu’il a été repéré par les studios d’Hollywood pour devenir acteur. C’est ainsi qu’en 2014, il est à l’affiche de deux films, the Equalizer avec Denzel Washington et the Other Woman avec Kate Upton et Cameron Diaz.

Un homme à femme 

Si le succès de Dan Bilzerian aka Dani est si important sur Instagram c’est qu’il  compte plus d’ »avions » dans sa maison que la base militaire de Mont de Marsan.

On ne connait pas le rapport qu’à le bougre sur la gent féminine, mais le moins que l’on puisse dire c’est qu’il sait s’entourer de personne physiquement attractive, voir très attractive. Comme le montre cette série de clichés qui parle plus que n’importe quel discours…

 

Flambeur au grand cœur 

Ces derniers temps, l’homme à la barbe drue a souvent sorti le chéquier pour la bonne cause. Ainsi, il a fait don de 100 000 dollars (environ 73 000 euros) aux victimes du typhon Haiyan, aux Philippines avant d’offrir, plus récemment, 20 000 dollars (14 500 euros) à une famille ayant adopté quatre enfants atteints de malformations. Et s’il reçoit quasiment chaque semaine des courriers de chaînes de télévision désirant adapter son incroyable existence en format télé-réalité, Dan a pour l’heure toujours refusé ce genre de projet.

Pourquoi ? Parce que l’homme ne fait pas ça pour la gloire : « Ce n’est pas mois qui ai voulu ce surnom de ‘Roi d’Instagram’. J’ai juste posté ce que les gens voulaient voir, et tout ça est arrivé. » 

Bref, Dan Bilzerian est le Chuck Norris 2.0 ;

Fast and Furious: la meilleure saga de l’univers.

Image

Dans l’univers cinématographique, il existe nombre de sagas indétrônables que chaque personne sur Terre se doit d’avoir vu et aimé sous peine de rejet social. Les réactions des gens en disent beaucoup:

« Quoi tu n’as pas vu la trilogie Matrix ?! Attends je finis mon verre de sky et je cours sur les murs pour te montrer.»

« WTF ROFL tu ne connais pas Star Wars ?! xd mais matte mon sabre laser en plastique à 2000 dollars. »

« O ma god tu c pa ki c harry potter ?! mes lach lafeyr va lir cet artik alor. »

« La trilogie de l’anneau non plus ? Alors il y a Aragorn fils d’Arathorn, descendant d’Isildur du Gondor, héritier du trône et tu vois… »

Fast and Furious ne fait pas partie de cette liste. Personne n’en parle. Non pas parce que c’est de la merde, mais parce que cette saga n’a pas besoin de ça. D’ailleurs, Furious 7 est sorti il y a quelques mois et j’ai enfin pris le temps de le voir. Alors je vais vous le dire tout de suite : J’AIME LA SAGA FAST AND FURIOUS ET JE METS DES MAJUSCULES POUR APPUYER MON PROPOS. Du coup j’ai envie de vous présenter chaque film afin de vous donner l’envie d’avoir envie.

Bande d’annonce alléchante du premier film donnant la volonté d’acheter une petite Golf et de claquer 10 000 dollars dans le tuning.

https://www.youtube.com/watch?v=s7DjEL3cwak

The Fast and the Furious (2001)

Bryan O’Conner, un flic de L.A. accro à la vitesse, s’infiltre dans le milieu des courses automobiles underground afin d’enquêter sur des vols de camions pratiqués en voitures tunées. Mais sa mission est remise en cause lorsqu’il tombe in love de la sœur de Dom Toretto, le principal suspect. Envers qui ira sa loyauté ? Il finira par choisir la famille de Dom, quitte à perdre sa plaque et à être en cavale. Une belle leçon de vie: « quand t’aimes une meuf, nique la loi ».

Affiche de toute beauté.

2 Fast 2 Furious (2003)

Bryan, en cavale, se fait choper et passe un accord avec le FBI pour coincer un méchant baron de la drogue. Il demande à son copain black de l’aider à conduire des voitures sur un bateau. A la fin, Paul Walker gagne.

Tokyo Drift (2006)

Un jeune rebelle pas très beau nommé Sean déménage à Tokyo et découvre les joies du dérapage nocturne. Il va détrôner le champion local roi du drift, pécho sa meuf et rencontrer Vin Diesel à la fin.

Dom souhaite saluer son ami sur l’autoroute.

Fast and Furious (2009)

Bryan et Dom Toretto font les foufous au Mexique et démantèlent un réseau de narco-trafiquants. Toujours recherchés par la police, la traque de leur ennemi commun effacera leur querelle pour laisser place à une bromance.

Fast Five (2011)

Brian, Dom et Mia (copine du premier et sœur du deuxième) se cachent à Rio pour échapper à la police. Ils doivent encore mettre en place un coup aussi rapide que furieux afin de gagner leur liberté. Notons la présence de l’agent Luke Hobbs, joué par le catcheur Dwayne Johnson, et pratiquant le catch afin de stopper les automobiles. Bisous à sa famille.

Scène réalisée sans trucage.

Fast and Furious 6 (2013)

Même histoire mais cette fois se déroulant à Londres. A la fin, The Rock (qui est l’agent Luke Hobbs) offre l’amnistie à la bande de Dom. Ce dernier et The Rock partagent alors la même passion du muscle et du marcel.

Furious 7 (2015)

L’apothéose. Même schéma scénaristique, mêmes personnages, mais cette fois les voitures traversent les immeubles de Dubaï et la scène de fin est trop émouvante quand Bryan et Dom se disent au revoir avec une dernière course au soleil couchant. Perso j’ai chialé.

Paul Walker: « Le plus dur dans cette scène, c’était de la faire avant que je meure lol. »

La force de cette saga est de créer un attachement aux personnages, couplé à un scénario complexe et cohérent, mélangeant adrénaline et testostérone, s’ajoutant à ceci la naissance d’un fort amour pour les belles voitures. Je ne vous parle évidemment pas des valeurs morales transmises à travers chaque film, comme l’amitié, la loyauté, la famille, les muscles, et tout ce petit melting pot saucé à l’américaine.

J’espère qu’avec ce petit résumé, cela vous donnera la volonté de télécharger ces films afin d’améliorer votre culture générale.

Je vous laisse avec la dernière scène de Furious 7, un hommage à Paul Walker. La larme à l’oeil est de mise.

https://www.youtube.com/watch?v=9EptTFgqnPE