Acheter des vêtements d’occasion : Des préjugés à oublier, des bonnes raisons pour se lancer !

Partager cet article

Le marché du vêtement d’occasion explose depuis plusieurs années déjà. En 2010, on estimait qu’environ 15 % des français avaient acheté au moins un vêtement d’occasion dans l’année et ils étaient plus de 30 % en 2018, pour un chiffre d’affaire avoisinant le milliard d’euros.

Il y a plusieurs raisons à cet intérêt. Une raison économique bien sûr, le vêtement d’occasion coûte moins cher que le vêtement neuf. Mais il y a également une prise de conscience écologique, qui pousse les plus jeunes à une consommation plus intelligente et responsable.

Il y a cela dit encore de nombreux clichés négatifs sur la fringue de seconde main, qui empêchent certains français de se lancer pour dénicher le pantalon, le chemisier ou les chausses de leurs rêves. Chez Hurluberlu, on a franchi le pas depuis longtemps déjà et on vous explique pourquoi il n’y a plus aucune raison d’hésiter !

Les préjugés qui vous éloignent encore du marché d’occasion

La fringue d’occasion, c’est sale… Faux !

Naturellement, on s’image que les vêtements neufs sont bien plus propres que les vêtements d’occasion, tout simplement parce qu’ils n’ont jamais été porté. En boutique, cet argument ne tient pas. La plupart des robes, des t-shirts, des pantalons, des blousons que vous croisez, ont déjà été essayé en cabine par plusieurs personnes, qui ont finalement pris la taille au-dessus ou un autre modèle.

Il y a surtout des traces de produits chimiques sur la plupart des vêtements neufs. De nombreuses études ont prouvé que les vêtements neufs contenaient du Chlore VI, des résines, des colorants, des formaldéhydes, qui peuvent être à l’origine d’allergies ou d’intolérances cutanées, mais aussi de cancers.

Le vêtement d’occasion a généralement eu le temps de s’en débarrasser et est donc beaucoup plus sain. Dans tous les cas, il faut nettoyer vos vêtements avant de les porter et il faudrait même laver les vêtements neufs plusieurs fois pour être sûr de retirer toute leur toxicité. Au final, à l’achat, une fringue d’occasion est souvent plus propre qu’un vêtement neuf !

Les vêtements d’occaz sont abîmés… Faux !

Ça peut arriver si on achète dans une boutique physique ou sur un site internet de vente entre particuliers, de tomber sur des fringues de secondes main abîmées. Cela dit, ça arrive aussi dans le neuf.

En passant via un site internet spécialisé, comme Once Again, qui propose notamment des fringues Pimkie à des prix imbattables, on aura toujours des vêtements en très bon état. Les équipes vérifient chaque pièce avant de les racheter, et vous trouvez donc uniquement du vêtement d’occasion qui n’est pas abîmé.

C’est rarement de la bonne qualité… Faux !

Au contraire, les vêtements de seconde main ont déjà été portés, nettoyés, repassés, plusieurs fois. S’ils sont toujours en bon état, c’est justement parce que la qualité de fabrication est bonne. Il n’y a pas de risque de les voir boulocher ou rétrécir au bout de 2 ou 3 lavages.

Ce sont finalement des vêtements qui ont été testés sur une durée plus longue et on sait qu’ils sont résistants, tout simplement parce qu’ils sont toujours là ! Que ce soit sur les friperies ou sur les sites spécialisés, les boutiques n’acceptent que des marques sérieuses et des fringues en très bon état.

Je passe pour un radin si j’achète de l’occasion… Faux !

Vous passerez peut-être pour un radin devant les personnes pas très malines qui ne connaissent pas le marché de l’occasion. Il est vrai que les friperies attirent forcément les personnes ayant de petits budgets, mais pas seulement. On trouve toutes les classes sociales sur le marché de la fringue d’occaz, tout simplement parce qu’il y a des vêtements qu’on ne peut pas trouver ailleurs.

Il n’y a que des bonnes raisons d’acheter du vêtement d’occasion !

Une fois les préjugés envolés, on ne voit que de très bonnes raisons pour acheter de la sape d’occasion. Ça ne vous empêche pas d’acheter aussi du neuf, mais les friperies, physiques ou en ligne, deviendront très vite votre terrain de chasse préféré.

On se fait encore plus plaisir !

Au lieu d’acheter un seul petit pull chez Zara, on va pouvoir trouver une robe, un jean et notre fameux pull, pour le même prix… Pour quelques euros, on trouve parfois des perles, qui se vendaient il y a quelques mois 5 ou 10 fois plus cher. On peut donc refaire notre garde-robe plus souvent et craquer plus facilement sans culpabiliser d’avoir cédé à notre fièvre acheteuse.

C’est écologique !

Il est temps de penser un peu à notre belle planète bleue, qui nous supportent de plus en plus mal. On quitte l’économie linéaire : « extraire, fabriquer, consommer et jeter », pour rejoindre une économie circulaire, en redonnant une seconde vie à des vêtements qui auraient simplement finis à la poubelle.

La surconsommation est un fléau, et grâce aux vêtements d’occasion, on peut continuer à changer de style régulièrement sans pour autant accroitre ce problème.

Trouver de véritables perles

Vous aviez loupé une collection été 2019 de votre marque préférée ? Alors c’est sur le marché de l’occasion que vous retrouverez ce sac ou ses chaussures que vous n’aviez pas pu acheter il y a quelques mois ou années.

On tombe parfois sur des pièces quasiment uniques, qu’on ne verra sur personne d’autres. Des collections italiennes, américaines, asiatiques, qui n’ont pas été commercialisées en France, se retrouvent sur le marché du vêtement d’occasion français quelques mois plus tard.

Grâce à l’occasion, on peut vraiment se démarquer du lot au niveau du style. Il y a des matières, des coupes, des couleurs, des motifs, qu’on ne trouve pas sur le marché du neuf et qui sont totalement dans l’air du temps. Que ce soit sur internet, dans une friperie ou pourquoi pas sur un vide-greniers, il y a toujours de belles affaires à saisir.

On finit par récupérer de l’argent

Lorsqu’on commence à acheter des vêtements d’occasion, on se dit aussi qu’on peut en vendre. Vous allez prendre l’habitude de faire de la place dans vos placards, en vous séparant des habits qui ne sont plus à votre taille ou qui ne vous plaisent plus.

On peut même mettre en place un système d’achat et de revente qui ne nous coûte rien ou presque. Un pull que vous achetez 5 ou 10 €, d’une marque connue, vous pouvez le porter pendant quelques mois, puis le revendre au même prix, voir même parfois un peu plus cher si la marque ou la coupe sont redevenues très tendance. 2 ou 3 belles photos et on peut faire une jolie marge !

Si vous hésitiez, j’espère que cet article vous aura donné envie de chiner un peu plus dans les friperies ou sur les sites spécialisés dans le vêtement d’occasion. Lorsqu’on ose se lancer, on ne regrette jamais et on ne revient pas en arrière !