Les conseils de Jack Ma pour être un bon entrepreneur

Theo 26/04/2017
conseils Jack Ma
Partager cet article

Vous ne connaissez pas Jack Ma, il ne vous connait pas. Il est pourtant celui qui demain pourrait faire trembler tous les acteurs de e-commerce que nous connaissons.


Jack Ma est le chinois le plus riche du monde. Fondateur d’Alibaba, de Taobao (l’eBay chinois) et de Tmall (qui regroupe les distributeurs internationaux), sa fortune personnelle est estimée à 29.9 milliards de dollars. Pionnier de l’e-commerce en Chine, il est aujourd’hui la face des entreprises chinoises ayant réussi.

C’est donc naturellement qu’il peut se permettre de prodiguer des conseils pour ceux qui souhaitent créer leur propre entreprise. Comme vous aviez bien aimé les conseils de Warren Buffett, on s’est dit qu’on allait donc vous compiler aussi ceux de Jack Ma

1. La débrouillardise est nécessaire pour survivre

Il ne sert à rien d’investir des millions pour trouver une solution quand on peut se débrouiller par soi-même. Quand Jack Ma a lancé Alibaba, son bureau était son appartement, et l’idée de trouver des investisseurs ou un incubateur ne l’a pas effleuré. Comme il le dit lui-même : «Quand on n’a pas d’argent, dit-il, on trouve des solutions. Lorsqu’on en a, on pense que l’argent est la solution. Et on se trompe.» Premier conseil : quand vous rencontrez un problème, ne courez pas voir vos investisseurs ou votre banquier, ils n’auront pas forcément des conseils à vous donner : saisissez cette chance pour trouver des solutions vous-mêmes et vous développer.

2. Imaginez le futur

Dans une récente interview, Jack Ma déclarait « J’espère que dans 15 ans les gens vont oublier l’e-commerce, parce qu’ils pensent que c’est comme l’électricité. » On ne peut pas faire plus clair comme message : bientôt on ne se passera plus de moi. Quelque part, c’est déjà vrai pour certaines entreprises : Google, Facebook ou Microsoft sont devenus des outils habituels à utiliser, à tel point qu’on n’ose à peine imaginer ce qui se passerait s’ils venaient à disparaître. Malgré la multitude de magasins en tout genre en Chine, l’e-commerce est aujourd’hui beaucoup plus développé qu’en Europe. Il vous faut donc voir : n’imaginez pas une seconde que vous échouerez, mais imaginez comment le monde vivra une fois que vous aurez réussi.

3. Faire confiance les yeux fermés

« Je ne vous connais pas ; je vous envoie des produits. Vous ne me connaissez pas ; vous me transférez l’argent ». Alibaba réalise environ 60 millions de transactions par jour, et Jack Ma est plutôt heureux de ce chiffre. A ses yeux, l’e-commerce va devenir un acteur majeur dans la vie de tous les jours.

Car en plus d’avoir développé le e-commerce, Jack Ma a aussi développé l’utilisation du m-wallet avec Alipay. Ce n’est pas juste quelques célébrités ou magasins branchés : en Chine, tout le monde paye avec son smartphone les yeux fermés. Même l’épicier ou le petit restaurant peuvent vous encaisser avec le smartphone. Le conseil de Jack Ma est on ne peut plus simple : vous réussirez si votre solution est pratique et rapide d’utilisation, même si le problème de confiance peut ralentir au début.

4. Etre prêt à bondir sur les bonnes occasions

« Vous êtes lourd, je suis petit. Quand je suis petit, je peux sauter. Vous êtes lourd, vous ne pouvez sauter. » Amateur de Tai-Chi, un art martial chinois qui s’apparente à de la gymnastique de santé, Jack Ma n’est pas avare de citations sportives. Garder un esprit de start-up vous permettra de ne pas vous perdre en discussions avec tous vos conseillers ou de perdre du temps avec la bureaucratie interne des grandes entreprises. Soyez toujours prêt à vous lancer dans une nouvelle aventure ou à éviter les coups.

5. Vos clients sont vos meilleurs soutiens

En Chine, avoir un riche membre dans sa famille ouvre souvent toutes les portes. Jack Ma n’en avait pas : son premier salaire était de 20$. C’est en s’investissant auprès de ses premiers clients, c’est en ayant leur soutien que, 15 ans plus tard, Jack Ma est dans le classement des milliardaires de Forbes. N’hésitez pas à parler à vos clients en dehors de l’aspect commercial ; écoutez ce qu’ils vous disent et allez vers eux pour savoir ce qu’ils pensent de votre travail.

6. Les petits poissons mangent les gros

Aujourd’hui, l’e-commerce se résume à chercher les produits des plus grands groupes en Europe. En Chine, ce sont les petits commerces qui vont vivre Alibaba. « Qui nous a aidé à arriver jusqu’ici ? Ce sont les millions de petits commerces. Si nous voulons durer, et garder la chance qu’on a aujourd’hui, nous devons nous concentrer sur les petits commerces. » Même si votre start-up va devoir faire affaires avec les grandes entreprises, dites-vous bien que ce sont les PME qui sont responsables de la croissance en France, et qu’à juste titre, elles ne peuvent pas être ignorées.

7. Etre bien entouré

Jack Ma n’est pas Bill Gates ou Mark Zuckerberg. Il n’a pas de connaissances en informatique, n’a pas été formé à Harvard ou dans une grande université. Sa grande force a été de s’entourer des personnes qui avaient reçu cette formation. Le conseil que l’on peut tirer de Jack Ma n’est pas d’avoir toutes les compétences soi-même pour porter le projet, mais d’avoir formé une équipe capable de comprendre et de construire le projet que l’on souhaite lancer. Il est donc important d’être entouré d’experts, particulièrement lorsque l’on souhaite s’implanter en Chine, où le marché requiert du doigté et de solides connaissances.

L’entreprenariat chinois n’est pas une utopie : aujourd’hui, la Chine se tourne de plus en plus vers les start-ups, et a créé de nombreux incubateurs. Que ce soit dans les domaines de la Fintech, du e-commerce ou dans les jeux mobiles, la Chine cherche aujourd’hui à rattraper, et même à dépasser la SiliconValley. Et si l’histoire de Jack Ma est connue de tous les entrepreneurs en Chine, tout laisse à penser que le prochain entrepreneur qui suit ces conseils pourrait également s’imposer en Chine.

(Daxue Conseil, Cabinet de conseil en Chine)