J’ai essayé d’être au chômage

Léa Leyris, la fille qui a un peu du mal avec la vie 19/03/2017
j'ai essayé d'être au chomage
Partager cet article

Comme tout pré-adulte qui se respecte, j’ai voulu voir ce que ça faisait d’être au chômage. J’ai passé mon BAC exprès, j’ai fait 5 ans d’études de commerce bien chères exprès, j’ai choisi une filière sans débouchés exprès pour enfin me retrouver sans emploi. Bien sur je dis chômage mais non, je suis plus « autres » dans les catégories socio-professionnelles. Et puis je ne vais tout de même pas toucher de l’argent pour avoir travaillé en stage depuis 4 ans sans vacances d’été. Mais je dis chômage pour ne pas troubler les foules. Alors voilà, j’ai essayé d’être au chômage, et je tenais à vous raconter comment c’est, pour effacer les préjugés !

1. Nous ne sommes pas inactifs, nous réfléchissons.

Si vous nous voyez dans un café un mardi après midi (après MOTUS et Attention à la marche, faut pas déconner) le regard dans le vide, un café sur la table, sachez que non, nous ne brassons pas l’air. Nous brainstormons sur « la vie », « les incertitudes » ou « comment devenir chanteuse » par exemple.

2. Nous sommes très occupés.

On les connaît les petites blagues du style « Bon, toi je te demande pas comment était ta journée ? Hein ! Ahaha » ou « Toi tu vas m’aider à déménager, t’as pas d’excuse, t’es au chômage ! ». Et bien sachez-le mes chers, nous sommes très occupés ! Vous croyez que nos appartements se nettoient tout seul ? Que nos cheveux se lissent tout seuls ? Que Harry Potter 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 et 8 se regardent tout seul ? Non. Aucunement. Et ça requiert beaucoup d’énergie.

3. Nous cherchons activement du travail, et non nous ne nous la coulons pas douce.

Entre les tableaux Excel, les tableaux croisés dynamiques (on sait jamais), les lettres de motivations mensongères et l’attente interminable d’une réponse (qui soyons honnêtes n’arrivera jamais)…. Ça en fait du travail.
Parfois, on a la chance d’avoir un entretien, alors on doit aller s’acheter une robe, des jolies chaussures, trouver un autre adjectif que « perfectionniste » quand on nous demande notre principal défaut, apprendre le passé passionnant d’une entreprise de fromage de chèvre !
Et puis ça ne marche pas, on se demande pourquoi.

NB à l’adresse des employeurs : si vous cherchez un jeune diplômé tout frais et pleins d’idées, ne le recalez pas parce qu’il n’a pas les 7 ans d’expériences requises. C’est mathématiquement impossible. Merci. Bisous.

4. On redécouvre la vie

Depuis que je suis au chômage, je redécouvre la vie ! Ca peut vous sembler un peu futile mais vraiment je vous assure. Je sais le nombre de planches de bois que mon parquet possède, je connais la traduction néerlandaise de tous mes produits de beauté, j’apprends le nom des plaques d’immatriculation des voitures garées dans ma rue, je tape « comment raviver la couleur d’une poutre » sur Google, je sympathise même avec le SDF en bas de chez moi. Un homme charmant.

Voilà voilà. J’ai essayé le chômage (exprès).

Si toi aussi tu es au chômage, envoie QUE FAIRE DE MA VIE au 8 12 12.