Sport – Le PSG est-il un grand d’Europe ?

Dominateur d’une ligue 1 bien trop étroite pour lui, le PSG retrouvait hier son amour de Ligue des Champions .
Opposé au Bayer Leverkusen, les joueurs de la capitale n’ont laissé aucune chance aux Allemands et se sont imposés 4-0.
Un performance impressionnante d’autant plus que le match se déroulait en Allemagne, pour autant faut-il considérer le PSG comme un candidat à la victoire finale en C1 ?

Football – Le PSG est-il un grand d’Europe ?

En coller quatre au second de Bundesliga avec une possession de balle d’environ 60% ça marque les esprits. A titre de comparaison, l’année dernière au même stade de la compétition le PSG remportait le match aller contre Valence 2-1 et finissait à 10 après l’exclusion de Zlatan Ibrahimovitch. A l’image de son attaquant suédois, le PSG se bonifie avec le temps . Désormais cette équipe est un collectif redoutable avec en son cœur un milieu à trois têtes qui semble ne jamais paniquer . Thiago Motta, Blaise Matuidi et Marco Verratti sont les maîtres du jeu parisien et l’importance de ces trois joueurs montre la volonté qu’à Laurent Blanc de faire de son équipe un monstre de conservation de balle .

Pour autant, Paris manque cruellement de réalisme offensif . Il peut paraître osé de dire ça d’une équipe qui vient de marquer sept buts en deux matchs mais c’est un fait ! La blessure de Cavani a fait ressurgir une certaine Zlatan dépendance . Les compères du suédois sur le front de l’attaque francilienne n’ont pas cet esprit de tueur devant le but . Lavezzi est un joueur entier qui se dépense sans compter ce qui explique ses difficultés à concrétiser les occasions qu’il se procure, quant à Lucas il a plus un profil passeur que buteur . Zlatan porte donc l’attaque parisienne sur ses larges épaules et c’est pour l’instant un succès( 10 buts en en 6 matchs de C1 ).

Le PSG est donc une équipe qui sait garder le ballon et qui a dans ses rangs des joueurs de classe mondiale. Pourtant cette équipe ne semble pas (pour le moment) pouvoir tenir la comparaison avec des équipes comme le Bayern Munich ou le Real Madrid. La faute à un banc des remplaçants pas très garni, l’arrivée de Cabaye pendant l’intersaison est une preuve que le staff parisien à conscience de son effectif limité. Quand le Real peut se permettre de mettre sur la touche des joueurs comme Isco ou Xabi Alonso tout en restant compétitif le PSG ne peut pas faire de même .

Cet effectif un peu court est à l’heure actuelle la seule différence majeure que l’on peut souligner lorsque l’on compare Paris et d’autres grands clubs européens . Alors oui, le PSG est dans la cours des grands, oui le PSG joue un beau football mais sauf incroyable exploit le PSG ne semble pas assez armé pour prétendre au titre de meilleur équipe d’Europe… cette année .

La fille du mois #8 – Laure Boulleau

Image

Janvier 2015 avec Laure Boulleau.

Qui a dit que les filles du mois devaient être des mannequins ou des actrices?

Je ne m’intéresse pas assez au football féminin, à mon grand regret,  je pense qu’il mérite d’être plus médiatisé, car je  ne suis jamais déçu de voir un match.

Ils sont d’ailleurs souvent, plus techniques que sur ceux du football masculin. Tout ça pour dire, que je ne connais que très peu d’athlètes dans cette catégorie. Puis un jour, en trainant sur Facebook, je suis tombé sur la page de Laure Boulleau.

Je m’étais dit que j’allais attendre une actualité pour en parler mais Téléfoot y a consacré un reportage cette semaine. Alors, au lieu de m’en vouloir de ne pas avoir fait un papier plus tôt, j’en profite pour rebondir sur ce reportage.

Laure Boulleau, 26 ans, arrière gauche de l’équipe de France féminine de football et l’équipe professionnelle  du PSG, fait à mon sens, partie des sportives pétillantes dont on a besoin, notamment dans un sport qui a besoin de médiatisation.

Souriante et pétillante (ça change de certains joueurs payés comme des princes, qui font la gueule sur le terrain et ont du mal à aligner deux mots en interview…)

Laure Boulleau, c’est le genre de joueuse qui donne envie aux petites filles de se mettre au ballon rond, c’est le genre de joueuse qui attire les marques pour des campagnes et nous rappelle que le football féminin existe. Alors Laure, si tu nous lis : Merci !

Crédit photo ; Laure Boulleau Facebook

 

A lire aussi :

Les commandements du parfait montagnard

Image

Pour ceux d’entre vous qui ont encore les moyens de se payer des vacances à la montagne pour s’adonner aux sports d’hiver, il est indispensable de connaître quelques règles de savoir-vivre du parfait montagnard qui vous éviterons de passer pour des rustres ou pire d’être carrément relou avec vos congénères.

La nature, tu respecteras

Que ce soit dans les Pyrénées, dans les Alpes ou même à Mica au Canada, la montagne est belle, surtout en hiver.  Rien n’est comparable à la beauté d’une forêt enneigée au petit matin, la neige recouvrant chaque arbre d’un manteau  blanc immaculé aux reflets argentés par les premiers rayons du Soleil. C’est presque poétique, donc par pitié, amis fumeurs ne jetez pas vos mégots par terre,  c’est pêché. Il y a même des risques d’accident ; certaines personnes ayant l’habitude de revêtir des perruques de clowns sur les pistes de ski, le jet de cigarettes incandescentes du haut des télésièges  peut provoquer  des descentes en flambeaux, humaines… (Cf notre article : Cigarette : Tendance ou hasbeen)

Ton temps, tu prendras

Déjà que vous faites partie des 10% de la population française qui ont les moyens financiers de partir à la montagne, prenez le temps d’apprécier votre moment et notamment lorsque vous faites la queue aux remontées mécaniques. Rien de plus pénible, lorsque vous avez organisé votre positionnement au départ du télésiège pour le prendre avec votre copine, histoire de partager un petit moment romantique à très basse température et qu’un type se faufile au dernier moment pour finalement s’asseoir entre vous, tout ça pour gagner quelques minutes de temps. Même incompréhension lorsqu’un énergumène qui a, au demeurant, la même dégaine qu’un prof de chimie de collège se précipite dans la première télécabine venue bousculant tout le monde sur son passage pour gagner là encore deux minutes sur sa journée. Minutes qu’il reperdra quelques heures plus tard, en essayant de rechausser ses patinettes après une chute.
Bref, être pressé à la montagne, c’est comme si un footballeur du PSG allait chercher sa bouffe au Resto du Cœur, c’est franchement ridicule et surtout incompréhensible

De narguer tes camarades sur les réseaux sociaux, tu arrêteras 

Le 26 décembre au matin, Martin,  un  pauvre étudiant est resté enfermé dans son appartement pour réviser ses partiels qui sont programmés début janvier, pendant que tous ses potes de lycée sont partis quelques jours à la montagne. Le pauvre homme va être harcelé, photos sur Facebook, Snapchat, MMS, appel nocturne.  Les mecs ont décidé de lui mettre l’enfer pour bien lui faire regretter de ne  pas être venu avec eux.  Résultat des courses le mec craque, rejoint ses potes, oublie de réviser, loupe ses partiels, et redouble. Petite cause, grande conséquence.
La morale de l’histoire : arrêter de traumatiser vos amis lorsque vous êtes à la montagne en mettant des photos 15 fois par jours sur les réseaux sociaux.

Ta vitesse, tu maîtriseras

Une piste de ski, c’est un peu comme une autoroute, il faut adapter son comportement pour pouvoir l’utiliser à plusieurs, et de facto lorsqu’on ne maîtrise pas trop, on est prudent sinon on est dangereux surtout pour les autres. Si les campagnes pour la sécurité routière et les limitations de vitesse aident à maintenir une certaine cohérence sur les voies rapides, absolument rien ne vous protège sur les pistes de ski. Donc  le gars déguisé en poulet qui descend en patinette les bras écartés en criant « Akkounamattata », il est légalement en règle. Par contre, on sait tous que si il y a le moindre obstacle en face de lui, un sapin, une petite fille ou vous, il sera totalement incapable de vous éviter. Au mieux vous aurez une ITT de 6 jours, au pire vous finirez comme Schumacher.

Une tenue adaptée tu revêtiras 

 Revenons à notre ami déguisé en poulet, légalement parlant, il a le droit de s’habiller comme ça, mais « stylistiquement » parlant c’est une erreur grossière. Chaque année on voit cette bande de potes encore un peu saouls de la veille qui se tapent le trip de se déguiser en Télétubbies  pour une journée, ils ont l’air ridicule, mais qui peut condamner l’amusement de la jeunesse ?
Ce ne sera surement pas nous – par contre, vêtir délibérément et systématiquement la tenue de Jim Carrey dans The Mask pour skier, c’est un peu  plus délicat. L’ensemble bonnet Marsupilami, maillot de hockeys des Mighty Ducks d’Anaheim et bas de costume d’ours, ça ne vous donne pas l’apparence de Bode Miller, mais plus du gars qui veut se faire remarquer.

L’inverse est d’ailleurs vrai, ne vous habillez pas en « gros rider de la montagne » si vous ne pratiquez pas le ski freeride parce que les Parisiens que l’on voit habillés de la tête au pieds par tous les derniers produits des marques les plus pointues nous font kiffer … surtout quand ils se prennent une boite en descendant en chasse neige du télésiège !
Sobriété est gage de qualité, sur les pistes comme ailleurs la devise prédomine.


Voilà pour les premiers commandements, on attend les vacances de février pour vous délivrer les suivants. En attendant, ne vous cassez rien, soyez prudents et soyez fidèles amis !
Et pour ceux que ça intéresse, vous pouvez également profiter d’
Offres spéciales de premières minutes jusqu’à -40% sur un séjour au ski à réserver dès maintenant