Ces bars paradisiaques où boire un verre à travers le monde

Image

Les vacances d’été sont le moment de l’année où l’on peut voyager et découvrir de nouveaux horizons. Pour bien profiter d’un pays on doit découvre ses lieux d’hydratations et donc les bars. Voilà une petite sélection très subjective de nos bars  paradisiaques préférés à travers le monde, des endroits luxueux et/ou originaux, où l’on irait bien se détendre après une journée de farniente. 

Tour du monde des bars paradisiaques.

Nightjar, Londres

À chacun sa définition du paradis, mais il est vrai que si l’on aime bien les ambiances de chesterfiled des salons anglais et des cocktails novateurs servis dans des tasses à thé, le Nightjar est fait pour vous. On ne dira pas que le bar est passé aux infos parce qu’il utilisait illégalement un whisky japonais qui contient un bout de peau de baleine pour le goût, ça fait mauvais genre.

Pelican Bar (Jamaïque) 

Le Pélican Bar est une petite cabane au milieu de l’eau construite très simplement. Le seul petit bémol est qu’il faut avoir un bateau car après quelques verre difficile de prendre un bain alcoolisé !

Kayabukiya – Japon

Dans ce bar, les serveurs japonais ont été remplacé par des singes trop mignons qui viennent prendre la commande. Par contre tout se paye en bananes !

Skeleton – Suisse

Vous ne connaissez peut-être pas le designer (Hans Ruedi Giger) de ce lieu mais vous avez sûrement vu l’un de ses films ! Il est notamment le créateur du vaisseau du film ALIEN.

Kalamazoo Beer Exchange  au USA

Plus vous êtes nombreux moins vous payez ! C’est un concept plutôt pas mal avec un choix de 28 bières dont le prix variera en fonction d’un cours boursier.

PDT – New York

Y-accéder est déjà une sacrée victoire puisqu’il faut utiliser la cabine téléphonique d’un restaurant, demander l’autorisation à une standardiste et trouver l’entrée derrière cette même cabine, sous prétexte que la standardiste ait accepté votre présence. PDT pour Please Don’t Tell, donc on va s’arrêter là.

 

The Rock (Zanzibar)

Surement un des endroits les plus paradisiaques au monde ! Rien de tels que d’être seul au monde. Venez quand même avec des amis pour partager un bon moment !

Cova D’en Xoroi (Minorque – Espagne)

Cova D’en Xorai est situé dans une falaise. Le bar fait aussi boite de nuit (cela doit être pratique de sortir fumé sa clope) …

Alux – (Play Del Carmen – Mexique)

Après la falaise, on passe aux cavernes !  L’endroit est déconseillé aux claustrophobes ! En effet, le bar est situé en plein milieu d’une caverne sous terre.

Le Queen of Hoxton – Londres

Le Queen of Hoxton dispose d’un rooftop joliment aménagé (petite verdure, une vieille caisse…) qui vous offre une jolie vue sur tout Londres. L’été, vous sirotez un GET Perrier sur un transat et l’hiver, vous le dégustez toujours mais dans la tente WigWamBam, au coin du feu.

Cloud 9 – Fidji

Dépaysement assuré. Placé non loin de l’île Viti Levu, principale île de Fiji, ce bar flotte littéralement sur les eaux claires du Pacifique. Composé de deux niveaux, il est aménagé pour accueillir 100 personnes. Tout est fait pour le confort des clients : hamacs, matelas, chaises longues et fauteuils sont installés sur toute la plateforme.

Pour s’y rendre, il faudra 45 minutes de bateau depuis le Port Denarau. Mais si l’impatience s’empare de vous, il est toujours possible d’emprunter le speed boat, qui vous amènera à destination en 10 minutes, ni plus ni moins.

Alors tous au Fidji cet été!

Pour finir n’oubliez pas, « qu’un bière par jour éloigne le médecin pour toujours »  (parait-il)

bien à vous

Voyage – Les bons plans d’un week-end à Rome entre amis

Image

Il avait tout prévu, les billets d’avions, l’hôtel, et même la carte de la ville..

Manque de chance, il n’avait surement pas prévu qu’il rencontrerait cette grande blonde à forte poitrine et qu’il me quitterait une semaine avant le grand départ. Me voilà donc avec deux billets pour Rome, pas un sous en poche pour m’acheter le Routard (le connard a quand même attendu son cadeau d’anniversaire) et aucune idée de ce qui m’attend au pays des ritals. C’est toujours dans ce genre de situation que ta meilleure pote pense avoir l’idée la plus brillante et innovante du monde : « Naaan, mais tu sais, on a qu’à partir entre ovaires, serrer des italiens ça te fera du bien ».

Jour 1 :

« T’as les billets ?
– Ouais, ouais.
– L’appareil photo ?
– Ouais, ouais.
– Ta carte étudiant ?
– Et meeeerde. Je vais payer les musées plein tarif. »

Décollage imminent, je ne sais pas encore que j’embarque pour un de mes plus beaux voyages. On arrive à l’aéroport de Rome, plus précisément Fiumicino. Petit problème: comment on fait pour arriver à Rome ? Alors qu’on galère comme des porcs à essayer de prendre des tickets de train, je reconnais au loin une vieille connaissance. Un copain de fac, Lucien, en Erasmus à Rome qui décide bien gentiment de nous prendre sous son aile et de devenir notre Gemini Cricket touristique du Week-end.

Première étape, prendre le train pour rejoindre la gare de Roma Termini, en plein centre de Rome. Lucien habite juste à côté et propose de nous loger, on dépose toutes nos affaires et nous voilà partis pour le début de la visite. Aujourd’hui on commence par le Vatican, plus particulièrement les musées du Vatican. Le connard avait tout de même eu la bonne idée de nous réserver des billets sur internet, ce qui nous évite des heures de queue. Nous découvrons ainsi toutes les richesses du patrimoine de ce petit pays pendant trois heures de visites.

 

En sortant, direction la place Saint-Pierre.

« Et regarde tous les cons qui font la queue pour se mettre sur une dalle ?!
– Vous saviez qu’en se mettant précisément à cet endroit toutes les colonnes de la place s’alignent en n’en forment qu’une ?
– Vas-y, viens, on fait la queue. »

On poursuit en visitant la plus grande basilique du monde, impressionnante de gigantisme : La Basilica San Pietro. A noter que même les chinois s’inclinent face à la statue Grévin en cire du Pape. Je me sens vraiment impie. A la sortie, on tente une petite photo souvenir avec les gardes suisses, échec total. On tente la photo avec les nonnes, échec total. Finalement, on va plutôt aller grailler.


En rejoignant le Corso Vittorio Emmanuele II, on trouve un petit resto très sympa Piazza Sforza Cesarini, qui propose de délicieuses Linguine (ouais des pâtes pour les non bilingues) aux fruits de mer.

 

Pour le reste de l’après-midi, on décide de flâner dans le centre historique de Rome, en commençant par le quartier de Campo dei Fiori, où se tenait auparavant le marché des fleuristes romains. Aujourd’hui, sur la grande place on trouve un petit marché, plutôt touristique mais qui propose également des produits italiens de très bonne qualité. On goûte les porcinis, meilleurs champignons d’Italie, à ramener dans sa valise. On remonte ensuite direction la sublime Piazza Navona, à voir de jour ET de nuit. Ensuite nous nous dirigeons vers le Panthéon, massif et impressionnant, et GRATOOUIII, ce qui soulage mon portefeuille. La nuit est presque tombée, et Lucien décide de nous perdre dans les petites rues pour finalement nous conduire dans son bar préféré : le Barnum Café à Via Pellegrino. Ambiance très festive et tardive, dans une petite rue loin des touristes. Pour continuer la fête, rendez-vous dans le quartier de Monti où se retrouvent tous les étudiants.

Jour 2 

Réveil difficile mais rien de tel que de commencer par un bon café italien dans un petit bar. Aujourd’hui, on pourrait nous confondre de près ou de loin avec des cadavres, c’est pourquoi on décide de s’intéresser à la Rome Antique. Direction le Colisée en tout premier, une fois à l’intérieur on arrive assez facilement à se prendre pour des gladiateurs (les grammes qui nous restent dans le sang, n’y sont sûrement pas pour rien).

Mais que vois-je, nos billets pour le Colisée sont aussi valables pour les Forums romains et le Palatin ! On déambule sous le soleil, au travers des ruines, écoutant d’une oreille les guides des autres touristes, histoire de revenir avec des choses à dire sur la période Antique de Rome (comment avoir l’info sans payer).

Résultat: je peux vous dire que là-dessous, il y a un trésor enfoui, au cas-où l’Italie subirait une immense perte économique.

Finalement, avant que le soleil ne tombe, on se précipite au Capitole, puis au monument Vittorio Emanuelle II, d’où l’on peut prendre un ascenseur en verre et avoir ainsi un des plus beaux panoramas de Rome. Certes ce n’est pas donné, mais ça vaut le détour vous ne trouvez pas ?

 Ce soir-là, escapade dans le quartier de Trastevere, de l’autre côté du fleuve. Bars à foison et très animé la nuit (ou nuit très animée ?)…

 

 Jour 3

L’aventure touche à sa fin, pour nous remettre de nos émotions de la veille, nous convenons d’une balade dans le parc de la villa Borghese, où se côtoient les sportifs, les familles et les jeunes. Une bouffée d’oxygène dans une ville si animée.

Depuis le parc, on peut rejoindre la Piazza del Popolo, puis la Piazza di Spagna et commencer une balade shopping. C’est en effet dans ce quartier que se côtoient les magasins de luxe, mais également ceux pour petits budgets. On termine enfin par la fameuse fontaine de Trevi, malheureusement en travaux… Cela n’empêche pas quelques millions d’abrutis de jeter des pièces soit sur les échafaudages soit dans une fontaine vide. L’odeur de la fin se fait malheureusement sentir. Une dernière petite pizza pour la route, et direction la gare.

Rome est assurément une des plus belles villes du monde, alors même si vous sortez d’une rupture difficile et que croiser des millions de couples en lune de Miel ne vous semble pas la meilleure thérapie, n’hésitez pas une seconde, et suggérez la destination à votre connard ou connasse de futur(e)-ex.

Barbara