Geek

Ce truc génial dont on ne peut jamais parler: Dragon Ball Z

Partager cet article

Pour les puristes du genre qui veulent me tacler d’entrée de jeu, je sais bien que l’œuvre papier se nomme Dragon Ball et que le « Z » a été ajouté pour la série par la Toei Animation quand a débuté la deuxième partie du dessin animé qui commence à l’arrivée de Raditz sur Terre et qui finit à la mort de Buu.

Lorsque tu as 10 ans tu parles  de Dragon Ball Z car c’est marqué dans le générique et tu n’as que faire qu’Akira Toriyama ait fait un manga en premier. Tu veux juste bouffer ton bol de Chocapic devant ton écran et ne pas rater la transformation de Goku (nom de famille Son) en Super Saiyan.

A l’école c’était la même, tu as échangé avec tes copains du CM1 des cartes DBZ, des figurines DBZ, des pogs DBZ, des slips DBZ. Vous parliez de vos combats préférés, vos personnages préférés, vos techniques préférées, qui était le plus fort et ces discussions étaient les meilleurs moments de la récréation.

 

Son Goku, saiyan ou pas, reste San Goku
DBZ ça rigole pas.

 

Aujourd’hui, tu as changé, tu as grandi, tu as du passer à autre chose. Oui je mets le verbe « devoir » car je parle bien d’obligation. Car Piccolo lui-même sait que tu aimerais en reparler et revivre tes bons souvenirs. Mais tu ne peux pas car tu penses que c’est dépassé, que tu ne peux pas aborder ce sujet en soirée, avec tes potes, avec des inconnus. Tu ne sais pas si les gens ont aussi adoré, et si personne n’en parle, c’est bien que personne n’aime ?

 

Ça parait logique en même temps, parler d’un mec en combinaison moulante qui fait de la gonflette, qui transforme ses cheveux en jaune et qui crie tout le temps, c’est ridicule non ?

Et bah non ça ne l’est pas. Dragon Ball Z c’est un truc de bonhomme, un truc de mecs à la dure. C’est un surplus de testostérone, ce sont des vagues d’énergies qui dévastent la moitié du globe, des grosses droites lourdes, des combats d’arts martiaux dans le ciel, des fusions, des morts, des résurrections, encore des morts, et encore des résurrections. Cette débauche de surpuissance, ça nous plait encore car la vie est un combat (passer le bac, ou lacer ses chaussures), et que parfois être un Sayian serait beaucoup plus simple. Il y a un méchant plus fort que moi ? Pas de soucis je deviens plus fort que lui et je le défonce.

Imaginez, si vous étiez Vegeta...
Imaginez, si vous étiez Vegeta…

DBZ c’est plus fort que tout, c’est plus fort que toi, c’est plus fort que la Terre entière.

Mais à côté de ça,  Pokémon c’est hype d’en parler, de dire que tu préfères la première génération et que tu as une game boy color avec la version bleue, et ça plait à tout le monde, les gens te trouvent original pour ça.

Alors pourquoi pas DBZ ?

“Pourquoi ne pas montrer au monde que tu voues un culte à Goku, à son combat contre le tyran Freezer, Piccolo vs Cyborg C-17, Trunks du futur avec son épée, Gohan Super Sayian 2 vs Cell forme parfaite, Majin Vegeta vs Goku SSJ2, Gotenks Super Sayian 3 vs Super Buu, Gohan forme ultime, Buu forme originelle, la fusion ultime entre Goku et Vegeta pour donner Vegeto.” (je parle aux connaisseurs)

Donc oui Dragon Ball Z est un truc génial dont on ne peut jamais parler. Mais si tu oses le faire, tu seras un précurseur, un dieu parmi les hommes, et le souvenir de toi sera éternel. Oui rien que ça.

Dragon Ball Z - Hulubberlu
“Dragon Ball Z, le dessin animé des vrais bonhommes”

Related posts

Le monstre qui n’a pas aimé Vice Versa, c’est moi.

Raphaël

La technologie pour combattre les handicaps

Theo

Publicité – Guy Cotten vous tue pour mieux vous sauver…

Theo

1 comment

Lettre ouverte à Game of Thrones (spoils) 30/06/2015 at 16:33

[…] JON SNOW EST MORT POIGNARDÉ !!! Mais reste tranquille, il va peut être se faire ressusciter par Melisandre ou par les Dragon Ball. […]

Comments are closed.