Coups de Coeur

Roger Steffens, la photographie dans tous ses états

Roger-Steffens-fou bronzage hurluberlu
Partager cet article

Roger Steffens se décrit lui-même, comme un vieux hippie. Un vrai, qui a fait la guerre du Vietnam et qui en est renté traumatisé.  Tellement traumatisé qu’il aurait pu partir avec – “2 sacs bourrés d’herbe, 75 plaquettes de mescaline, 5 feuilles complètes d’acide en buvards, une salière à moitié pleine de cocaïne, une galaxie multicolore de remontants, sédatifs, hilarants, larmoyants, criants, en plus une bouteille de tequila, une bouteille de rhum, une caisse de bière, un demi litre d’éther pur, et deux douzaines de Poppers”– pour un trip à Las Vegas, comme Hunter S. Thompson.

Cependant, ce que Roger Steffens aime le plus c’est la photographie. Il a ainsi travaillé avec des réfugiés et on lui a demandé de photographier ses missions pendant ses deux dernières années de service, tâche qu’il a prise à cœur, prenant plus de 10.000 clichés. Une fois parti, il a fait son chemin aux Etats-Unis, s’installant à Berkeley (Californie) avec Tim Page, photographe de guerre qui a été sérieusement blessé quatre fois sur le terrain et qui a inspiré le personnage de Dennis Hopper dans Apocalypse Now.

Roger Steffens, photographe génial

Aujourd’hui, on a décidé de vous présenter, 10 photos qui représentent parfaitement le travail de Steffens. C’est à dire  un mélange de superposition et de photographie sur “le vif ” qui présente l’Amérique sous son côté le plus fou. Quarante années de vie à trimballer son appareil sur les routes des Etats-Unis où se côtoyaient des Rastas, des beatniks, des artistes et sa propre famille.

Le résultat s’appel The Family Acid et c’est vraiment très sympa. En tout cas, c’est notre coup de coeur photo…

Crédit Photo: Roger Steffens

Related posts

Hâte de voir ça… Top Gear France

Larchu

C’est maintenant que tu le découvres ? #5 SAMIFATI

Raphaël

Cinéma – Albator, le corsaire balafré de retour à l’écran

Larchu