Coups de Coeur

Lettre ouverte à la Mère Noël et roman policier

Partager cet article

 Chère Mère Noël, Les lettres de Noël ne débutent pas souvent comme cela, car on oublie la Grande Femme derrière l’Homme du Moment ! Toutes ces lettres d’amour, dégoulinantes d’espoir, de yeux brillants et de déclarations sur l’honneur de bonne foi et de sagesse pour le Père Noël. Mais voilà pas UNE pour la Mère Noël.

 

La vie n’est pas toujours rose pour la Mère Noël. La mer, elle aimerait bien la voir de temps en temps, la Mère ! Mais elle doit s’occuper de tout le monde.

2000 chaussettes vertes, 1000 slips, 1000 costumes verts et bonnets à laver, à repasser, à distribuer. Voilà l’envers du décor de la vie de la Mère Noël.

Après le vert, le rouge du gros bonhomme, non pas le Beaujolais nouveau mais le rouge vermillon, le Saint-Emilion, le Saint-Nicolas. Et ses petits grelots à lustrer, son appétit à satisfaire, pauvre Mère Noël ! Elle n’est pas au “UN mois par an”, elle, c’est 85 heures toute l’année !

Heureusement pour la cuisine, le CEL (Comité d’Entreprise des Lutins) a organisé des paniers repas pour la durée de la préparation de Noël.

Mais, les animaux domestiques sont une tâche qui incombe à la Mère Noël. Il y a les rennes à chouchouter à coup de chouchoutes, et de choux croûtés au caramel. Car Amelle, la renne suppléante, ne mange que de ça au dessert.

Des cerfs – parlons-en – l’autre jour, lors d’un entraînement, ces coquins ont encore essayé de prendre la place des rennes devant le traîneau.

Alors, me direz-vous comment fait la Mère Noël pour tenir la cadence ?

Que se donne-t-elle comme moyen pour s’évader dans sa bulle ?

Elle lit un bon roman policier comme « Les Sœurs Sans Nom » de Muriel Bonnardel. Alors, bon… une sœur, la mère Noël n’en a pas, son nom est bien connu et elle ne rêve pas non plu d’assassiner son mari.

Son mari qui rit, et non pas La Vache Qui Rit, quoique  – « la vache »; comme il la trouve belle la Mère Noël. Bref, le Père Noël rit de la voir jouer au détective avec Nicole Meuriez.

Elle ? C’est la grand-mère qui raconte sa première enquête, en quête de vérité, Viridis Veritas. Oh, ça suffit tout ce vert on a dit !

C’est vrai que la Mère Noël aurait pu jouer à Candy Crush, mais voilà rien ne vaut un bon suspens avec un mort au deuxième chapitre, du chantage, des suspects et de l’amour ! De plus, ce livre propose une découverte de la Provence et plus particulièrement de  Manosque, avec une touche d’ésotérisme.

L’auteur a bien fait de lui envoyer son roman policier. Elle a appliqué la devise de son détective « Qui ne tente rien n’a rien » ! Sa tante, d’ailleurs, elle n’a rien demandé cette année. C’est si compliqué chaque année de lui trouver un cadeau, alors ce Noël ce sera « Les Sœurs Sans Nom » m’a dit la Mère Noël.

Vous l’aurez compris, la Mère Noël – que j’aime beaucoup – est ma cousine, et (non pas Bécassine), et je souhaitais attirer votre attention sur sa situation.

Pour conclure, cher CEL, je vous suggère d’inclure de nombreux exemplaires de « Les Sœurs Sans Nom » dans la hotte du Père Noël, ayant vu les effets bénéfiques que procure sa lecture.

Vous pourrez lire un extrait ou commander directement sur le site Edilivre.com 

Cordialement,

Related posts

(Livre) La fille sans qualités de Julie Zeh

Hurluberlu et ses ami(e)s

Musique – Une journée avec le Prieur de la Marne

Bizolle

Dis moi ce que tu manges, je te dirai d’où tu viens.

Bizolle