Comment parler de la mort aux enfants ?

Hurluberlu et ses ami(e)s 06/04/2017
expliquer mort enfant
Partager cet article

Les enfants ne sont pas des êtres insouciants comme on l’entend trop souvent. Comme les adultes, ils se posent les vrais questions existentielles de la vie et de la mort. C’est pourquoi il est bien de savoir comment parler de la mort aux enfants. Cela permet d’éviter des maladresses ou bien d’engendrer du stress voire un traumatisme chez l’enfant.
C’est généralement vers l’âge de 5 ou 6 ans que les enfants commencent à s’éveiller à ces questions suite à une disparition familiale, à une discussion à l’école ou encore en observant la mort d’un animal (chien, chat, coccinelle, ect..).

L’adulte est mieux renseigné et entouré c’est pour cela qu’il se doit avant tout de mesurer son discours et choisir ses mots afin ne pas choquer l’enfant. Un petit n’a pas le développement intellectuel nécessaire pour s’affranchir en totalité ou en partie de la mort. Par exemple, si votre père vient de mourir, il peut être effrayant pour l’enfant de lui dire ton grand-père dort pour toujours. L’enfant pourra même en réaction refuser d’aller se coucher sous la peur de ne jamais se réveiller à son tour.
La vérité doit être adaptée à la maturité intellectuelle de l’enfant. Il est donc primordial d’employer les mots justes adaptés aux questions de son âge.

N’hésitez pas à faire participer votre enfant à la redaction des cartes de remerciements après décès comme par exemple sur le site www.remerciementdeces.fr, pour lui démontrer que beaucoup de gens ont été affectés comme lui par le départ de son grand-père, le sentiment de tristesse est moins lourd lorsqu’il est partagé.

Une vraie explication vaut mieux qu’un mensonge

Probablement que votre enfant va vous poser des questions sur la mort avant la disparition d’un de vos proches. Dans ce cas de nombreux psychologues conseillent d’aborder le sujet à partir de l’observation du décès d’un petit insecte comme une mouche ou une fourmi. L’analogie entre l’animal et l’homme s’opère naturellement dans l’esprit de l’enfant.

En aucun cas, la mort ne doit pas être dissimulée ou déguisée. Votre discours doit être authentique. Dire des mensonges ne fait que compliquer la compréhension du sujet chez l’enfant. En explication par exemple, il est possible de tenir ce genre de propos :

« Tous les êtres vivants meurent, moi aussi je vais mourir comme papy comme la coccinelle, c’est le cycle de la vie. Quand on est mort on retourne dans la terre, on a pas peur, pas froid, on ne souffre pas puisqu’on ne sent rien. Il ne faut pas avoir peur de la mort ».

Ou encore :

« On meurt tous quand on est vieux, mais on ne sait jamais quand. Certaines personnes vivent moins longtemps que d’autres, c’est le hasard ».

Il y a de grande chance que votre enfant en retour vous demande si lui aussi va mourir. Là encore, vous devez assumer la vérité et dire oui.

Chez l’enfant, le discours religieux est difficile à comprendre car son esprit n’est pas éveillé aux concepts abstraits. Pour lui, la mort est essentiellement un fait physique. Sa part de raison et ses inquiétudes doit être absolument respectée.

Dans un moment de deuil, vous devez toujours être à l’écoute de votre enfant et éviter de vous murer dans le silence. Chaque enfant se fait son propre cheminement face à la mort. Jamais, vous devez le brusquer ou lui poser des questions qui n’ont pas encore place dans son esprit. Suggestion, vérité et subtilité sont les maitres mots pour parler de la mort aux enfants.

 

(Revenir sur les derniers articles)