Lifestyle

Comment survivre en tant qu’Open-Space Invader ?

Partager cet article

Venant de trouver un CDI, me voilà parti, sur la longue et sinueuse route de la gloire et de la fortune, avec les virages, et embûches qui la rendent accessible aux plus courageux d’entre nous!
(Sans rentrer dans les détails, sachez que j’ai cherché tout d’abord un CDI, laissant la licorne pour de meilleurs chasseurs)

Savoir se focaliser sur un seul objectif!
Savoir se focaliser sur un seul objectif!

Comment survivre en Open-Space ?

Très vite, la première embûche vient à ma rencontre sans échappatoire possible: L’OPEN SPACE!

Vous savez ce lieu de vie commun à tous les collègues de l’entreprise, ou du moins les moins avancés sur l’échelle salariale.
Ce doux enfer ou se mêlent les services et activités dans un brouhaha incessant. Ce damné paradis du worker où se mélangent parfums, sueurs et odeurs de café rappelant à s’y méprendre les vestiaires de stade à la mi-temps d’un bon match de rugby.

Décrit comme ça, il est vrai que ça ne fait pas rêver du tout, pourtant, cela risque pour la plupart d’entre nous d’être le lieu où nous devrons atteindre un parfait épanouissement avant de pouvoir espérer viser un petit bureau vitré du bout du couloir, parmi ceux réservés aux cadres sups.

Pour y arriver au plus vite, et surtout sans encombre, votre humble serviteur a décidé de vous donner les clés les plus importantes de votre début de carrière!

1/ Tenue Correcte exigée

Et attention, nous ne parlons pas ici uniquement de tenue vestimentaire. En effet, même si en général le combo costume sombre, chemise claire, cravate, est de rigueur, de plus en plus d’open spaces, se voient envahis par des espèce d’hurluberlus, de la com ou du market qui adopteront un style plus que casual.
Mais aussi de la tenue en règle générale! Les doigts dans le nez: on oublie, le fil dentaire: on oublie, la main dans le ben: on oublie!
En bref, on ne fait pas subir aux autres ce qu’on ne voudrait pas voir, sentir, ou expérimenter soi-même.

Tenue Correcte exigée

2/ Attention: Chantier en cours

Et oui, aussi surprenant que cela puisse vous paraître, l’open-space est un espace de travail! Même si ça ne se voit pas toujours, notamment quand vous passez par le corner commercial, les gens sont là pour bosser!
Ils ont beau se hurler des insultes d’un bout à l’autre de leurs espaces, se lancer des boulettes de papier, poser les jambes sur leur bureau en étirant par la même occasion le câble de leur téléphone fixe, à la limite de la rupture; Ils travaillent!
Si vous ne voulez pas du coup passer pour le branleur de service, mettez vous y aussi (je parle de travail, les boulettes et les insultes viendront après)! Les siestons de stagiaire: c’est fini! Les films ni vu ni connus: c’est fini! Facebook: C’est fini! Hulubberlu: C’est autorisé, mais cachez vous quand même un peu!

Travaux en cours

3/ Savoir vivre et le faire savoir

Dans un open-space, il est très facile de passer inaperçu, mais aussi très facile de passer pour un bougre! Ainsi, n’hésitez pas à dire bonjour; passez outre cette peur atroce de déranger, ou tout simplement outre le défaut d’éducation qui vous pousserai à vous installer à votre poste sans saluer vos compagnons de labeur!
De plus quand vous repartez, même si l’impression que passer une minute de plus dans ce climat hostile que constitue votre open-space, vous met en panique, n’hésitez pas à faire le tour pour dire au revoir, c’est toujours valorisant de montrer qu’on a compris que les horaires de fonctionnaires n’ont pas de place dans le privé!
Enfin, même s’il est vrai que l’open-space à tendance à supprimer les barrières sociales, sachez rester à votre place, n’hésitez surtout pas à vous renseigner sur l’organigramme de la boîte, et votre place au sein de cette organisation. Ça pourrait vous éviter de balancer un “- Wesh Batard, t’as pris un RTT?! Tu me rencardera sur ta technique, les miens sont toujours refusés !” en voyant votre président quitter le bureau à 15h30!

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=AYC8XCMTPqc[/youtube]

4/ Gestion de la photocopieuse

Point ultra stratégique de l’open-space, la photocopieuse constitue avec la machine à café un lieu de vie, mais aussi un lieu de mort!
Royaume du stagiaire en découverte, principauté de l’assistante stressée, joie sonore des voisins agacés, la photocopieuse est sans doute le premier outils à savoir gérer avec dogme et diplomatie.

En effet, informez vous, avant de lancer l’impression d’un catalogue de 324 pages et 72 annexes, de la disponibilité de l’outil par rapport à l’urgence de votre besoin.

Enfin, même si, cet outil ne vous apporte pas entière satisfaction, surtout évitez de perdre votre sang froid.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=08jmL3qo6sk[/youtube]

5/ Devenir citoyen Suisse

La concentration d’un grand nombre de personnes dans un même lieu, généralement beaucoup trop petit, peut entraîner quelques frictions… Sachez rester au maximum au plus loin de ces querelles, surtout si vous êtes encore en période d’essai.

Ne prenez jamais de position trop radicale; vous serez sans doute amené à le regretter fortement le jour où votre réussite dépendra d’une personne avec qui vous êtes en plein différent ou d’un de ses alliés.

Conseil de la rédac: en cas d’embrouille quasi inévitable, pensez à une vache Milka en train de sucer un Ricola emballé par une marmotte dans les alpages sur un air tyrolien; ça détend!

Suisse

6/ Abandonnez vos réflexes étudiants

Arretez de réagir à tout ce qui se passe autour, de rire fort, de vous moquer et de poser des questions idiotes. Si votre boss avait engagé un étudiant, vous seriez payé 437€/mois et s’il avait engagé un troubadour, il vous aurait fourni un bonnet à grelot et pas un PC.

En bref, l’open-space c’est comme les banlieues c’est régi par ses propres règles qu’on découvre souvent à ses dépends! Espérant que ce petit guide vous évitera cette douloureuse étape!

Bien à vous,

La rédac!

Related posts

Le foot US à l’écran : ça passe et/ou ça casse !

Theo

Mes péripéties sur la route de la minceur

Je me suis fait tabasser par un contrôleur SNCF – M comme Marcel

Hurluberlu et ses ami(e)s