Mon aventure chez la gynéco

Léa Leyris, la fille qui a un peu du mal avec la vie 15/01/2017
aventure-gynéco
Partager cet article

Chaque hiver je me rappelle que la santé c’est important. Et que pour s’assurer de ma sécurité, le passage chez la gynéco est nécessaire. Ce n’est jamais une partie de plaisir de composer ces 10 chiffres pour prendre un rdv mais généralement, je suis rassurée quand la première date de libre n’est pas avant 4 mois. Je vais donc vous conter mon aventure chez la gynéco.

Tout a commencé dans la salle d’attente de la gynéco

Me revoilà, Janvier mon amour; quand j’ouvre soigneusement mon petit agenda Chatons et constate que Madame Loquard-Ariet m’attendra la semaine prochaine pour une consultation “vaginale”. Là mon coeur s’emballe et les missions fusent:

  • Je dois m’épiler !
  • Je dois refaire mon vernis des pieds
  • Je dois me lever 3h avant pour me laver 5 fois d’affilées
  • Je dois faire un régime rapide pour avoir au moins le ventre plat durant la consultation !

    Que de pénibles activités pour 30 minutes d’embarras extrême.

J’entre dans cette salle d’attente remplie de monde. Je m’assoie 3 minutes, commence à lire un magazine ELLE de l’an 2013 où Julie Gayet fait la une (Haaaazzz Been me dis-je); quand je constate le petit écriteau sur la porte Merci de vouloir vous annoncer au secrétariat.
Merde. Me voilà installée confortablement a feuilleter des pages probablement touchées par 3003 personnes avant de réaliser que je dois me lever à nouveau, risquer de perdre ma place assise et subir le regard des autres constatant ma stupidité.

Je me lève, fais bien sûr tomber mon sac et mon portefeuille, ramasse le tout en vitesse et file au secrétariat.
A ce moment là, une femme est en train de parler dans le bureau, alors j’attends sagement. Et là ?… discussion que j’aurais préférée ne jamais entendre:

« Oui le médecin a oublié de faire mon ordonnance pour l’échographie. Et j’ai oublié de préciser que je faisais de l’herpès vaginal tous les mois en fin de cycle. »

Je lâche un rire gras et incontrôlé. La femme me regarde pleine de honte et de haine à la fois. J’ai maintenant honte aussi.

Enfin c’est mon tour ! Je me présente, la secrétaire me demande mes infos. Bien évidement, je ne connais pas mon numéro de portable par coeur, sans doute parce que je suis stupide sous la pression. Je me retrouve à chercher ce pauvre numéro dans “mes contacts“. Je le trouve, elle me demande de patienter en salle d’attente.
Étape 1: Check.

On y croyait encore

J’attends bien 30 minutes en salle d’attente, entre une vieille dame qui pue le vieux et un enfant agité. Une dame munie d’une blouse pénètre dans la salle :
« Léa ? C’est à toi ! »
Étape 2: Check. C’était facile !

Le malaise

« Allez-y, installez-vous sur la chaise, mettez-vous à l’aise. »
Alors ca ! Quelle audace ! Mettez-vous à l’aise qu’elle me dit. Car oui bien-sûr, n’importe quelle jeune fille de 23 ans est très à l’aise à 7 minutes de se faire fouiller la fleur par une quinquagénaire !
Celle ci me harcèle de questions. Questions qui me rappelle à quel point ma vie est triste:
« Vous fumez ?
– Oui
– Beaucoup ?
– Euh non.
– Donc je présume que oui. Vous prenez la pilule ?
– Oui. Jasminelle.
– Vous ne devriez pas fumer !! Pensez aux phlébites mademoiselle !
Pardon, je ne savais pas qu’en plus d’être ma gynéco tu étais aussi ma mère!
– Votre dernière relation sexuelle ?
Honte
– Il y a trois mois je crois.
– Vous croyez ?
– J’étais ivre si vous voulez tout savoir.
– Mmm
Elle me juge j’en suis sûre
– Protégée ?
– Toujours ! C’est pas comme si j’avais des relations stables.
Silence. Elle n’a pas trouvé ma blague drôle.
– Vous buvez beaucoup ?
– Assez … »
J’abandonne l’auto-commentaire.

Nous poursuivons ces questions embarrassantes avant de procéder à cette étape monstrueuse !
« Nous allons procéder à la pesée. Vous pouvez vous déshabiller. »
La pesée ???? Non !! Par pitié ! En plus de savoir que mon style de vie est répugnant et triste vous voulez aussi me rappeler que je suis grosse ?

« Vous pouvez vous installer sur la table, mettez vos pieds dans les étriers. »
Le malaise de mon aventure chez la gynéco commence véritablement. La dame commence à trifouiller mon jardin secret le tout en essayant de faire comme si de rien n’était:
« Alors comme ça vous êtes étudiante ?
– Oui…
– En quoi ?
– Ohh ! Euh… Pardon. En communication.
– Je vais procéder à un palpé utérin. Vous avez des frères et sœurs ? »

Voilà. Après avoir fixé le plafond pendant 5 longues minutes à répondre a des questions toutes nulles, elle m’annonce qu’elle va me palper les seins.
Joie. Ça fait longtemps que ca n’était pas arrivé … (Ironie)
Étape 3: Check.

Et là ? Le drame…

A la fin, je me m’habille à nouveau, pleine de joie car cette expérience chez la gynéco n’aura pas lieu avant 365 autres jours. Avant de partir elle m’annonce:
« Je vais malheureusement quitter le cabinet dans quelques mois. Tous les dossiers seront transférés à ma collègue. Une femme très professionnelle et incroyable. Également obstétricienne, ce qui est bien pour vous dans quelques années !
Ouiii. Une fille qui ne connaît pas son numéro de portable ni le nom de sa propre mutuelle pourrait vouloir des enfants bientôt !
Une porte s’ouvre.
– Ha ! Tient ! La voilà, le docteur Violette Marin. »

Oh mon dieu. Cette fille était dans au collège avec moi. 1m75, blonde flamboyante, yeux bleus clairs et probablement Taille 36 (34…). Et elle m’avait battu au Ping-Pong en 5ème. (Elle était en 2nd pour ma défense).

Je songe à quitter le pays. Car c’est une chose de faire jambes ouvertes devant une femme qui pourrait être votre mère et qui a eu 3 enfants. Ca en est une autre de montrer son intimité à une belle gosse de 26 ans qui a fait médecine et qui vous a battu au Ping-Pong en 2007.

Allez. Bisous. <3

aventure-chez-gynecologue