M comme Marcel, les vrais escrocs ne meurent jamais

Hurluberlu et ses ami(e)s 03/05/2015
Partager cet article

« Escroc » est une expression que j’utilise assez souvent, aussi bien pour qualifier un ami qui va réussir à me mettre un petit pont sur un coup de chance incroyable lors d’une partie de soccer 5, que pour remercier  ironiquement celui  qui s’abstient de régler sa cotisation annuelle de l’association d’aide aux devoirs de mon quartier, dont je suis le modeste trésorier.

Avant d’être une expression, c’est une infraction pénale qui est tout de même sanctionnée par 350 000 euros d’amende et cinq ans d’emprisonnement en droit français, et une balle dans la tête en droit chinois.

Mais si le meurtre et le viol entraînent chez moi une nausée immédiate, l’escroquerie éveille au contraire une fascination considérable. Mais attention, je parle de la belle “escroquerie”, pas d’un petit minable en costume Zara qui va saouler des personnes âgées au mauvais crèment pour leur faire signer un contrat de vente de leur résidence secondaire en viager.  Je parle de ces légendes bouillonnantes, que l’on entend ici ou là, sur un riche aristocrate qui aurait fait fortune en dépouillant des tyrans par d’habiles stratagèmes, qui des années après, entraine la création d’un personnage voleur contorsionniste de nationalité française, interprété le grand Vincent Cassel, dans un blockbuster américain.

Je me suis d’ailleurs souvent rêvé en Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur, qui est selon Dutronc « le plus grand des voleurs », un dandy séducteur qui ne vole exclusivement que les riches comme Robin des Bois, à la grande différence qu’il garde le butin à son profit.

L’escroc ce héros…

Assurément l’escroquerie si elle est bien réalisée vaut tous les honneurs du monde. À ce titre, certains individus que d’aucuns qualifieraient de peu fréquentables sont passés maîtres dans l’Art de la roublardise, de la filouterie de grande échelle, de la carotte de grand Duc.

Il y a une belle liste d’escrocs qui mériteraient leurs portraits dans les musées, mais s’il ne devait en rester que quelques-uns, ces types-là  en seraient les conservateurs.  Si la tromperie était côté au guide Michelin, ils seraient tous étoilés.

D’abord comment ne pas rendre hommage posthume à  Albert Spaggiari qui par une belle journée de juillet 1976 pénétra dans la Société Générale de Nice pour y dérober 50 millions de francs en passant par les égouts de la ville. Arrêté trois mois après son forfait, il s’évade en sautant du bureau du juge d’instruction et pendant près de douze ans donnera interviews et nouvelles aux publics sans qu’un policier de France ou de Navarre n’arrive à lui mettre la main dessus.

Ensuite,  il y  a Victor Lustig escroc et imposteur tchécoslovaque professionnel. L’histoire se passe en 1927, la Tour de Gustave Eiffel a 36 ans et les journaux pointent du doigt les coûts d’entretien du symbole parisianophallique rouillé. Germe alors dans l’esprit de Victor Lustig, de la vendre à un ferrailleur. Il envoie des invitations à en-tête de la ville de Paris aux 5 plus gros ferrailleurs de la région et sort le grand jeu. Gueuleton au Crillon, limousine et coupe-file pour aller visiter l’objet de l’escroquerie. Un pigeon mord à l’hameçon, il ne pouvait s’appeler qu’André Poisson (véridique). Il verse une énorme commission à l’aigrefin tchécoslovaque pour être placé en haut de la liste des acheteurs. Se rendant compte de l’arnaque, Poisson n’osera même pas porter plainte, de peur que le monde entier se paie sa fiole. Après avoir échoué à la vendre une seconde fois, Lustig se réfugie aux États-Unis pour vendre des machines à imprimer les faux billets, notamment à Al Capone, avant de se faire arrêter en 1934.

Il y a aussi Otto Witte et son CV pour le moins hétéroclite. Équarrisseur,dresseur d’animaux exotiques, scaphandrier, légionnaire, illusionniste, mais surtout clown. Profession qu’il exerce en 1912, lorsque l’Albanie déclare son indépendance et demande au neveu du sultan de l’Empire Ottoman de devenir son roi. Constatant sa ressemblance avec le futur monarque, Otto se dit qu’il ne cracherait pas sur un petit job saisonnier. Il achète un costume et une fausse moustache puis envoie un télégramme aux autorités albanaises pour annoncer son arrivée. Pas là pour vendre des sapins, Otto annonce dans son premier discours qu’il déclare la guerre au Monténégro et que son harem sera désormais constitué de filles du peuple. Beau geste. 2 jours après son couronnement, les autorités découvrent le pot aux roses et Otto s’enfuit avec le trésor royal grâce à ses courtisanes. Par la suite, le clown qui devint roi vécut tranquillement en Allemagne et mourut 45 ans jour pour jour après son couronnement. Pas peu fier, il avait fait inscrire sur sa carte d’identité, et plus tard sur sa pierre tombale, “Ancien roi d’Albanie“. Il se plaignit même auprès de la chancellerie de Monaco de n’avoir pas été invité au mariage de Rainier et de Grasse Kelly, en sa qualité d’ex-monarque.

Désormais, il y a des escrocs d’un nouveau type, des fins connaisseurs de la finance qui sèment la terreur au sein du CAC 40. Comme des créateurs de start-up, ils sont à l’affût des nouveaux marchés pour repérer les failles dans la législation et le contrôle.

Dans la famille des plus grands escrocs, je voudrais Gilbert Chikli, un Israélien spécialisé dans les arnaques financières.

À son actif, il est l’instigateur de l’arnaque sur le marché de la taxe carbone, sur lequel les entreprises s’échangent des droits à polluer. La technique: acheter des quotas de CO2 hors taxe dans un pays européen et les revendre avec TVA en France, taxe qu’ils conservent avant de disparaître dans la nature. Une affaire qui a coûté 1,6 milliard d’euros à l’État, “la fraude fiscale la plus importante jamais enregistrée en France en un temps aussi bref”, selon la Cour des comptes.

Autre grand fait d’armes du garçon, « l’arnaque au président », dont le procès se jouait au début du mois d’avril.

Se faisant passer pour Jean-Paul Bailly, le président du groupe, il a appelé la directrice d’une agence postale. “Vous allez recevoir un appel d’un agent de la DGSE (NDLR: Les services de renseignement français)”, lui a-t-il dit. Quelques minutes plus tard, l’agent secret téléphone à la directrice l’avertit qu’un dangereux terroriste faisant partie de ses clients va bientôt retirer de l’argent. Et il ordonne à la patronne de l’agence de lui apporter tous les billets en caisse pour qu’il leur appose une puce électronique.

La directrice a remis 350.000 euros dans une mallette, qu’elle a glissée sous la porte des toilettes d’une brasserie parisienne! Après la découverte de l’arnaque, elle a été licenciée et serait tombée en dépression.

Voilà c’est dit lorsque je serais grand, je serais Chikli, et je tenterais d’escroquer comme lui une quarantaine de banques françaises en me faisant passer pour  un agent secret.

C’est bien connu, pour les agents secrets comme pour les escrocs, « demain ne meurt jamais ».