Geek

Médias – Jen Selter ou l’art « d’Asstagram »

Partager cet article

On connaît tous Instagram, cette application pour smart phone qui permet de rendre alléchante une choucroute en conserve et plus généralement n’importe quelle photo grâce à des filtres rétros. Jen Selter, une jeune Américaine dotée d’un postérieur supérieurement qualitatif,  a eu l’idée de “s’Instagramer” le boule. Résultat plus de 2 millions de followers sur le site en question, 600 000 fans sur Facebook et la naissance d’un mythe : « asstagram ».

// lire notre article pour devenir un mec stylé sur les réseaux sociaux ? //

Jen Selter ou l’art d’asstagram

L’histoire peu banale d’une jeune étudiante de 20 ans qui a vite compris qu’elle avait plus de succès en postant des photos de ses fesses qu’en mettant son chien ou sa grand-mère. Du coup, la fitness-girl n’ a pas arrêté de poster des photos du fameux postérieur, dans une logique de course aux followers.

Indéniablement d'un point de vu strictement physique, on peut comprendre l'engouement, non?
Indéniablement d’un point de vu strictement physique, on peut comprendre l’engouement, non? (Crédit photo @JenSelter)

Dans l’ascenseur, à la salle de gym, au resto, dans la salle de bain, toutes les occasions sont bonnes pour poster des images de son corps. Le tarif syndical pour chaque photo, c’est 150 000 likes. Sans compter les clichés sempiternelles deux mille commentaires à base de “wesh t’es trop mignonne”, “t’es mon idole Jen”, “Jen, ton corps est incroyable”, “hey fais péter ton numéro de téléphone” ou encore “ouhlalala je kiffe trop ton boule”. (Cette traduction de l’anglais vers le français est peut-être légèrement approximative). Ce qui est sur c’est que les mecs deviennent fous comme le prouve cette vidéo.

A la conquête des followers?

Manifestement, Jen Selter s’est donné un mal fou pour en arriver là. Après s’être inscrite sur Instagram en mars 2012, elle s’est rendue compte que poster des images de son corps marchait plutôt pas mal, et qu’en plus, d’autres comptes republiaient régulièrement lesdits clichés. Dès lors, elle s’est appliquée à demander systématiquement qu’on la crédite. Technique gagnante. Son nombre de followers n’a pas tardé à exploser.  Et puis, selon une logique marketing infaillible, quand elle a atteint les 300 000 followers, des sponsors comme Nike n’ont pas tardé à rappliquer, sentant bien le bon filon. À tel point qu’aujourd’hui, Jen (ou Jennifer) vit essentiellement de ses sponsors et fait même office de porte-parole pour des marques d’eau et de compléments alimentaires.

jen selter asstagram . hulluberlu
(Crédit photo @JenSelter)

Après, on ne va pas se mentir, c’est un peu répétitif  à la longue son truc. Parce que concrètement, une fois qu’on a fait asstagram au gymnase, dans l’ascenseur, après le jogging, avant l’entrainement, devant sa fenêtre, etc. On a beau avoir un derrière magnifique, on finit par tourner en rond.

“Asstagram” est-ce vraiment utile?

Alors d’accord, un tel dévouement, c’est impressionnant, elle a un fessier incroyable, mais bon, si on arrête de penser avec un pénis à la place du cerveau et/ou un anneau gastrique en guise d’estomac, on finit par en arriver à la conclusion inévitable que l’engouement autour d’elle est débile.

Même si Jen Selter a réussie son but “Trouver la motivation nécessaire pour se dépasser et vivre de sa passion du fitness”. Au delà l’ennuie certain que doit avoir la jeune fille à la longue, de donner de la chair fraîche à des vautours. Cette histoire n’est autre que l’incroyable démonstration qui montre qu’au XXIe siècle, Internet permet de vivre de tout et surtout de n‘importe quoi.

En permettant à Mme Michue et à M. Dugnot d’afficher leurs vies à des milliers d’internautes, la société s’est transformée en une vaste plate-forme pour narcissiques et au milieu de vaste salon de l’égocentrisme, certains s’en sortent mieux que d’autres. Si la nature vous a gâté, il est de bon ton d’en profiter, et internet est sans doute le meilleur moyen d’y parvenir.
PS : Nous avons maintenant un compte Instagram ! Soyez cool, même si on ne met pas des photos de nos culs sexy, suivez-nous quand même ! http://instagram.com/hulubberlu#

Related posts

Test : Poudlard – dans quelle maison le Choixpeau magique t’enverra-t-il ?

François

Hurluberlu déclenche la guerre Mikado VS Dorcel

Larchu

Powers United VR – Le jeu en réalité virtuelle by Marvel

Hurluberlu et ses ami(e)s

1 comment

Média – Les filles à suivre sur Instagram #1 07/06/2015 at 17:38

[…] montrer sa plastique (c’est le cas de le dire…) et sa passion pour le fitness. Dans la ligné de Jen Setler, elle est le genre de fille qui permet de se réveiller de manière plus sereine, lorsque les […]

Comments are closed.