Hurluberlu Mixtape # 2 – Aaron Scott

On ne va pas se mentir, chez Hurluberlu, Lyon est un peu notre fief, la ville d’où la majorité de la rédaction est issue et l’endroit où l’on aime à se retrouver lorsque nos différents emplois du temps nous le permettent.

C’est pour cette raison qu’on est assez fier de vous présenter un Lyonnais pour ce deuxième Hulu Mix. En effet après le duo sexy en provenance de Bruxelles nommé The Lizzies, c’est Aaron Scott, un jeune lyonnais de 18 berges, qui nous fait l’honneur de se produire dans notre « maison ».

Malgré son jeune âge, Aaron Scott a déjà un univers musical bien à lui, ancré entre la Nu Disco et la Deep House. Ce n’est pas vraiment un secret, électroniquement parlant, depuis 2010 la Deep connaît un succès incroyable en France, grâce notamment à des artistes comme Joris Delacroix, le label Roche Musique sur lequel étaient signés les excellents French Kiwi Juice, Cherokee, ou encore Kartell. Plus récemment c’est  Zimmer ou Darius qui représentaient l’Hexagone.

Bref, en France il y a une vraie tradition de musique Deep; emmenée par toute une génération de jeune gars qui assure, et Aaron Scott fait partie de la nouvelle vague du mouvement, et le garçon est chaud.

En l’espace de quelques mois il a sorti pas moins de trois EP et se retrouve sur la liste des DJs à mixer pour la prochaine soirée Zuper Klub au Ninkasi Kao au côté notamment de Sascha Braemer et Niconé .

« Chers auditeurs, je vous souhaite un doux voyage pendant l’écoute de cette mixtape qui pour moi a été un vrai périple. La technologie nous trahit quelques fois et c’est avec beaucoup de peine que je suis malgré tout parvenu à la fin de cette session ! Au programme retrouvez l’artillerie Française et Allemande joignant leur force dans une cohabitation musicale fraternelle, qui je l’espère vous ravira ! One Love Hurluberlu, bisous à vous ! » Aaron Scott

Degiheugi – Hurluberlu Mixtape # 6

Image

Ce mois-ci c’est Degiheugi qui nous a fait le grand honneur de passer derrière les platines pour cette sixième mixtape, résolument plus hip-hop que d’habitude. Ce mix est à l’image du Monsieur, sympathique et coloré. Au programme de ces 30 minutes de réjouissances auditives, la crème de la crème du Hip-Hop d’aujourd’hui, comme Guts ou Marian Hill, et la soul d’hier comme Janko Nilovic. Le tout mélangé à la sauce Degiheugi rend un mix impeccable, idéal pour finir la semaine en beauté.

 

 Degiheugi, artiste mystérieux

Il faut dire, qu’avec presque dix ans de carrière à son actif Degiheugi sait y faire avec la musique. Fin gastronome depuis 1998, il mélange tous les styles, pour concocter des sons toujours plus agréables à nos oreilles. Producteur autodidacte ce n’est que depuis 2005 qu’il a commencé à rencontrer le succès, avec des titres comme « Détends toi »  ou « Un jour comme un autre » , morceau dans lequel il rend hommage à Brigitte Bardot et à Serge Gainsbourg. Avec la particularité, qu’il ne vit pas de la musique, mais pour la musique, il met ainsi à disposition de ses compatriotes chacune des ses créations. Depuis, il nous régale donc de ses morceaux aux articulations complexes, mais qui sonnent toujours justes. Artiste prolifique, bien trop  souvent assimilé à une version gratuite de Wax Tailor, le compositeur a su se démarquer en trouvant sa patte, digne des plus grands comme RJD2 ou Blockhead.

Degiheugi, artiste talentueux

Son style unique entre Hip-Hop, Trip-Hop et Jazz font de lui, un personnage à part dans le paysage musical français. Déjà cinq albums à son actif, et toujours la même communauté enthousiaste qui le suie à chaque nouveau projet (dont je fais partie, il faut bien l’avouer). À ce titre, il a bouclé sa collecte sur KissKissBangBang pour financer son album en à peine 48h, signe de cet engouement qui entoure ce personnage aussi mystérieux que talentueux. Pour vous en convaincre, il vous suffit d’écouter, « le temps est bon » et « Keeping Memory Alive », deux titres absolument somptueux, qui trouvent une place de choix dans « les indispensables » de notre Ipod.

Ce mix permet aussi de nous faire patienter jusqu’au 5 mai prochain, date de sortie du prochain album de Degiheugi, qui s’intitulera « Endless Smile » et qui risque de raisonner fort dans nos enceintes (et des vôtres). Affaire à suivre !

 

 

Hurluberlu Mixtape #3 – Ewan Mcquillan

Le mois de mai oblige, on se devait de  remettre un peu de sang neuf dans les tuyaux.

Hulubberlu est une grande famille, et comme toute fratrie qui se respecte, elle s’exporte.

Expatrié quelques mois en Ecosse, j’ai ramené ce petit mix house.  Enregistré à l’ancienne avec une platine vinyle, c’est un set propre, qui  sonne juste et donne chaud en ce milieu du mois de mai.

Loin des projecteurs français, Ewan Mcquillan est un jeune gamin de 19 ans à peine, qui arpente les rues d’Édimbourg avec sa valise de vinyles, comme un vendeur ambulant pour distribuer les sets dans tous les clubs de la capitale écossaise.

C’est un plaisir de l’accueillir dans nos murs pour ce troisième mix exclusive, qui je l’espère, sera vous séduire, autant qu’il nous a séduit. D’abord parce que c’est un pote et ensuite, parce que c’est un jeune talent à l’avenir prometteur.

D’inspiration old school, on retrouve une grande influence de la Motown et de la house anglaise des 90’s . Cela pourrait être la Bande Originale du film culte Trainspoting: ça sent le souffre de la vielle pierre écossaise, mélangé à la poudre d’ecstasys multicolores . Le résultat: du  groove, de la sueur et des larmes comme dans les grandes heures du Cabaret Voltaire à Edimbourg.

Regorgeant de belles surprises, ce mix est l’occasion de vous faire découvrir la scène écossaise, véritable vivier à talents, qui n’a vraiment rien à envier à ses consoeurs Allemandes ou Australiennes.

Longue vie à l’Ecosse et en avant la musique.

Mozambo – Hulubberlu Mixtape #4

En cette fin d’année 2014, il y a deux choses qui font l’actualité de la cité  Phocéenne : l’avenir de la glacière de Marcelo Bielsa, signe du renouveau de l’Olympique de Marseille, et un jeune trio de musiciens au nom exotique : Mozambo.

Si la première a le mérite d’avoir remis l’Olympique de Marseille au cœur de toutes les attentions cette saison, c’est bien Mozambo qui a attiré la notre, il y a déjà quelques mois de ça.

L’histoire a commencé sur Souncloud, la plus grande plateforme, d’échangisme musical au monde, alors qu’on reluquait le matos digital par un après-midi d’hiver. Au hasard, des playlists, on est tombé sur un remix de « Baby I am yours » de Breakbot, le hit de l’été 2011. Sans doute, un peu nostalgique, on s’est laissé envouté par ce son chaud au relent estival.

Après la déferlante de Bakermat et de son saxophone, ont s’était dit que plus jamais, on ne s’extasierait sur des solos d’instruments à vent et encore plus si c’est des cuivres. Mais comme souvent, on n’a pas tenu nos promesses et on a dansé comme des maboules sans docteur sur ce morceau intitulé « wake up », titre plus qu’évocateur tant il désigne une musique entrainante et jouissive.

Bref, l’année s’écoule, on continue nos aller-retour incessants sur Souncloud multipliant les rencontres et les aventures musicales adultérines, tout en suivant à la trace se crâne d’indien de Mozambo. En mars dernier, il revient avec So Flute, un remix du DJ français Saint Germin, l’un des pionnier de la house hexagonale, qui a fait les grandes heures des soirées parisiennes dans les années 90. Avec ce remix, le dicton « c’est dans les vieilles marmites que l’on fait les meilleures confitures » prend clairement tout son sens. Le morceau, essentiellement composé de flute traversière, dépoussiéré entièrement, connaît un très grand succès, dépassant ainsi les 600 000 écoutes sur Souncloud (pour vous donner un ordre d’idée, la métropole de Lyon comptait 491 268 habitants en 2011).

Après, avoir joué au Wanderlust cet été avec KLINGANDE et ANDROMA, les gars Mozambo continuent leur inéluctable ascension vers le succès. Un succès qu’ils méritent largement, n’en déplaise à tous les petits rigolos qui pensent que la deep house, est un mouvement trop commercial. C’est vrai qu’ils ne s’enregistrent pas dans des caves, superposant les riffs de guitares pour permettre « la symbiose de l’homme et de la machine » et ce n’est vraiment pas plus mal.

Mozambo c’est une histoire de potes, et d’amour de la musique. C’est une histoire de danse et de partage. C’est l’histoire de l’été qui est maintenant bien loin et qu’ils ont décidé de nous faire partager avec cette mixtape.

Bonne écoute et merci à eux.

Mozambo – Hulubberlu Mixtape #4