J’ai essayé le Digital Détox

Léa Leyris, la fille qui a un peu du mal avec la vie 04/08/2016
j'ai essayé le digital détox
Partager cet article

J’ai essayé le Digital Détox

Alors parce que oui j’ai réalisé (j’ai compté) que je déverrouille mon cellulaire 167 fois par jour dont 140 fois pour rien. Et quand je dis rien c’est vraiment rien. Juste pour constater que mon fond d’écran (mon chat) est plutôt mignon et que ma vie possède au moins 0 lueur d’espoir. Mais aussi parce que j’ai récemment lu un article dans un magazine bio huppé qui donnait des techniques pour le dit Digital Détox et que j’ai trouvé l’idée intéressante. Avec mon âme de journaliste (fille sans ambition) et mon petit cœur brisé en quête d’espoir, j’ai essayé le Digital Détox pour vous.

La parfaite occasion s’est présentée ! Je partais le lendemain pour 4 jours à la montagne avec mes parents, ma sœur et ma grand-mère, là où la 3G n’est qu’un mythe et où les 20 villageois consanguins ? (sur un périmètre de 50km à la ronde) s’appellent tous Michel et Berthe.

Alors j’ai fait ma valise, j’ai emporté 3 livres avec moi, mes lunettes cassées, et des shorts pour me forcer à bronzer et pas pour des snapchats dénudés ! Car messieurs dames, “soleil” égal AUSSI “Vitamine D” !

Sauf que voilà première embuscade : quand on doit retrouver sa mère à la gare il faut lui envoyer 53 messages pour qu’elle soit bien sûre que vous l’attendrez au Relay à gauche de la boulangerie mais pas celle à côté de la voie B plutôt là où après ya la sortie qui mène vers les bus. Mais quels bus ? Je vois pas ! Ya un café à l’angle derrière la gare à gauche qui s’appelle…. !!!! Je suis derrière toi maman. C’est bon.

Dans la voiture, nous filons vers notre maison, à Saint-Sauveur, Notre-Dame-de-Mésage. Rien que le nom… Mes doigts tremblent je veux le TWITTER ! Une fois arrivée, je souris. Cette odeur, ces couleurs, ces paysages, comme je les aime. Ils me rappellent mon enfance ! Heureusement il ne fait pas assez beau pour une photo Instagram !

Premier jour

Le premier jour se passe bien, mis à part le fait que je doive consulter Facebook sur le toit de la maison pour le travail (car oui ☺ je suis community manager en fait). Oui ça se passe bien… Quand ma sœur ne me dit pas de regarder mon compte Instagram parce qu’elle m’a taggué sur des photos de @sarcasm_only ou @9gag ou @catsofinstagram.

Deuxième jour

Deuxième jour, c’est décidé, je range mon téléphone dans ma valise. C’est finit je ne me ferai plus avoir ! A ce moment je reçois un message de mon meilleur ami. « Léa. J’ai fait un bêtise hier soir.. J’avais un peu bu et OUPS ! ». Je sais très bien de quoi il parle. La réponse et la demande d’explications sont d’ordre capitale !

L’après midi j’ai reposé l’appareil susnommé. De toute manière j’envoie des SMS au lieu des iMessages ça me perturbe beaucoup trop. On ne sait jamais s’ils se sont envoyés. Non mais le SMS, ce concept horrible ! Je suis donc allée lire et bronzer. J’ai finit mon livre. Mais j’ai un coup de soleil. Super. Ca brûle et je vais mourir d’un cancer de la peau.

Troisième jour

Le troisième jour j’ai craqué dès 8h du matin (toujours sur le toit de la maison). 3 jours d’Instagram à rattraper, plus de 60 stories, un fil d’actualité Facebook tout frais avec pleins de photos d’inconnus partout ma passion, des tweets plus drôles les uns que les autres et la mission hebdomadaire des ex au bûcher ! à espionner un peu. Il est donc midi j’ai honte de moi mais ça va mieux.

Vers 16h, petite curiosité : tient, est-ce qu’une Berthe ou un Michel se trouve sur Tinder ou Happn ! La réponse était non bien sur. Personne. Jamais je n’avais vu mon Tinder mouliner. Je suis sous le choc. J’en profite pour répondre à mes mails.

Quatrième jour

Voilà voilà, dernier jour, je retourne à la gare, le retour à la réalité. Un bisou à mère, père, sœur et mamie. Je m’assoie dans le train, le cœur plein de tristesse et de mélancolie de quitter ce coin de paradis… Lorsque la grosse tête de mon chat s’allume sur mon écran : Ha ! Une affinité Tinder !

Le Digital Détox m’a fait beaucoup de bien. Je vous le conseille. Grandement.

Faut croire que j’ai un peu de mal avec la vie aussi.

Des bisous.