Business

Entrepreneuriat – L’aventure de SnapEvent

Partager cet article

On rêve tous d’organiser un événement inoubliable, dans un lieu original, façon fête magistrale à la  Fitzgerald. Malheureusement, passé l’enthousiasme du début, l’organisation d’un évènement s’avère, souvent, très compliquée.

Entre le choix du lieu, du traiteur, du DJ, le nettoyage et les cautions à poser ; les budgets enflent et les prestations sont souvent décevantes.

Toutes ces raisons ont poussé deux Parisiens à lancer en juillet dernier, SnapEvent.

SnapEvent est une plateforme qui permet de réserver des lieux qui ne sont pas habituellement dédiés à l’évènementiel (lofts, appartements, ateliers d’artistes, etc.), ainsi que des traiteurs et des prestataires de services. Ces lieux et prestations sont référencés en ligne gratuitement puis SnapEvent prélève une commission sur chaque réservation.

Avec plus de 200 lieux référencés dans tout Paris, plus de 350 options possibles, et un chiffre d’affaires mensuel de 150 000 euros, SnapEvent, est une start-up qui fascine. Si bien qu’elle a rejoint l’incubateur le plus efficace de la capitale : 50Partners, ce qui lui a permis de réaliser une levée de fonds de 300 000 euros en octobre dernier.

Face à ce succès, on a eu envie d’en savoir un peu plus sur cette entreprise qui est en train de révolutionner le petit monde de l’évènementiel.

Rencontre avec Maud Arditti, la cofondatrice dynamique et entrepreneure en « série ».

Hulubberlu : J’ai lu que vous avez monté SnapEvent avec Olivier Levy, quelle est votre formation ?

Maud Arditi : Je suis associée sur ce projet avec Olivier, ingénieur de formation qui est passé par Polytechnique  suivi d’un Master spécialité entrepreneuriat à HEC Paris. Quant à moi, j’ai fait l’école hôtelière de Lausanne, puis un Master spécialisé dans l’entrepreneuriat à HEC Paris aussi. Très vite, nous sommes partis du constat qu’il y avait quelque chose à faire dans l’évènementiel. On a donc commencé à réfléchir à une idée de plateforme, puis on a été incubé à HEC Paris.

Hulubberlu : Justement, il y a beaucoup d’incubateurs en France, et notamment à Paris (ndlr : Xavier Niels prévoit le lancement du plus gros incubateur du monde spécialisé dans le numérique : 1000 start-ups).

Comment vous avez fait pour vous y retrouver au milieu de cette offre pléthorique ?

C’est vrai qu’on a la chance d’avoir, en France de plus en plus de structures d’incubation lorsqu’on décide d’entreprendre, et c’est un énorme avantage. Mais, 50’s Parteners, est vraiment un incubateur différent par rapport aux autres ; il y a un vrai accompagnement, puisque les 50 entrepreneurs, partenaires de l’incubateur, font plus que  donner des conseils : ils prennent part directement à la vie de l’entreprise en investissant au capital de chaque start-up, ce qui renforce l’esprit de cohésion. Il y aussi une multitude de professionnels vraiment très compétents, pour nous aider dans nos démarches.

Hulubberlu : Avant de lancer SnapEvent, vous vous étiez déjà « essayée » à l’entrepreneuriat ?

Il y a quatre ans, j’ai créé Chef Date, qui était un service où chaque mois, on livrait une box avec ses ingrédients pour réaliser une recette française.

J’ai aussi créé cookNmeet, qui est une plateforme qui met en relation les personnes souhaitant se retrouver, se rencontrer et partager autour d’une table, quelque soit la maison ou le pays. C’était déjà avec Olivier, et cela nous a permis d’avoir une première expérience entrepreneuriale avant de nous lancer dans la grande aventure SnapEvent.

Hulubberlu : Comment vous est venue l’idée de digitaliser le marché de l’évènementiel ?

Nous sommes partis du constat, qu’à Paris, c’était la véritable « galère » pour organiser un événement. Par exemple, lorsqu’un particulier souhaitait organiser son anniversaire, c’était, ou trop cher, ou les lieux (qu’il pouvait se payer) n’étaient pas de bonne qualité. On a donc fait un long travail de recherche pour trouver des particuliers propriétaires de lieus sympas, puis nous les avons convaincus de travailler avec nous.

L’autre gros avantage, c’est qu’on propose un service ultra personnalisable ; que vous vouliez organiser un barbecue sur un « Roof Top » animé par des musiciens espagnols pour une après-midi, ou un enterrement de vie de garçon avec des jongleurs dans un cirque, nous savons le faire..

Hulubberlu : En à peine quelques mois, vous avez des chiffres vraiment très enviables : presque une réservation d’événement par jour et lorsque chaque client dépense en moyenne 2500 euros pour l’organisation de son événement, les rentrées d’argents vont assez vite. Comment expliquez-vous ce succès presque instantané ?

C’est vrai qu’on se développe très vite, on est donc content. Simplement, on est arrivé sur  le marché au bon moment. Il y avait déjà eu des multitudes de tests mais jamais de site qui avait réussi à condenser la location de lieux en y associant des options de traiteurs et en prenant en charge l’organisation le jour J. Il y avait quelques sites agendas comme ABC salles, qui fonctionnaient en référençant tous les lieux où l’on pouvait organiser un évènement, mais en l’occurrence, ils se concentrent uniquement sur les lieux « professionnels », alors que nous, nous mettons à disposition des lieux de particuliers, donc forcément, notre offre plus importante et c’est ce que les gens aiment.

Quelques lieux insolites disponibles sur SnapEvent

Hulubberlu : Si vous deviez donner 3 qualités qui font d’une personne un bon entrepreneur ?

Courageux, dynamique et énergique.

Hulubberlu : C’est devenu une question classique dans nos différentes interviews ; croyez-vous que la France est une terre d’accueil pour entreprendre ?

Bien évidemment je pense qu’il est possible d’entreprendre en France, sinon on n’aurait pas lancé SnapEvent à Paris. En plus, il y a de très bons modèles d’accompagnement en France. Surtout, moi qui suis Française, j’avais envie de créer quelque chose en France.

Puis, ce n’est pas si facile d’entreprendre à l’étranger, par exemple, il y a quelques années, j’ai lancé  Chef Date à New York, et même si les USA peuvent sembler être une terre d’accueil, Si on n’y connaît personne, ça ne l’est vraiment pas, surtout lorsque l’on n’est pas natif.

 Hulubberlu : Quels sont vos projets pour 2015 ?

On compte s’étendre aux capitales européennes, et notamment dans un futur très proche à Londres.

Related posts

5 raisons d’organiser un diner croisière à Paris cet Été

MathieuDR

Entrepreneuriat – L’aventure Michel et Augustin

Tristan Walser

5 façons d’augmenter la visibilité de votre business 

Hurluberlu et ses ami(e)s