Coups de Coeur

Les lieux mythiques de l’histoire du cinéma italien à Rome

Partager cet article

Avis au cinéphiles qui se rendent à Rome :

Suivez le guide !

On vous avait déjà fait un article sur les bons plans à Rome mais aujourd’hui, c’est plus pour les cinéphiles que nous allons axer notre visite !


Rome c’est aussi l’Eldorado des cinéphiles, en effet la « ville éternelle » a été et continue d’être le lieu de tournage de nombreux films dont beaucoup sont devenus mythiques comme « Le voleur de bicyclette » (cf notre image de une) de Vittorio De Sica (1948) considéré comme l’œuvre emblématique du néoréalisme italien.

Les scènes ont été tournées aux portes de Rome, dans le quartier de Val Melaina, du Pinciana, du Monte Sacro, tous situés au nord de la ville, mais aussi sur la rive gauche du Tibre, dans le quartier du Trastevere.

En tant qu’amoureux du cinéma, s’il vous tente de vous lancer sur les traces de ces lieux de tournages, il est conseillé de réserver votre hébergement au centre ville. En quelques clics sur des sites en ligne, vous trouverez un logement adapté à vos exigences.

Autre film mythique c’est «Vacances romaines » de William Wyler (1953), dans lequel Rome est parcourue en long en large et en travers par Audrey Hepburn et Gregory Peck, le tout à bord de la très emblématique Vespa. Les personnages nous emmènent au Colisée, sur la place d’Espagne pour manger une glace ou encore sur une barque le long du Tibre.

« La Dolce Vita », de Federico Fellini (1960) nous fait découvrir une Rome moderne au travers des yeux du beau Marcello Mastroianni. De la Basilique de Don Bosco dans la zone Tuscolana, à Saint Pierre, en passant par Via Veneto jusqu’à la Piazza del Popolo, Fellini nous montre des sites intéressants de la ville. Mais bien entendu, la scène la plus célèbre est celle où Anita Ekberg s’immerge dans la fontaine de Trevi et invite Marcello à la rejoindre : “Marcello, come here”.

« Journal intime » (1993), dans lequel Nanni Moretti nous invite à une escapade romaine en dehors des circuits balisés et des références obligées. De Garbatella, quartier résidentiel du sud de la capitale à la plage d’Ostie, à l’endroit même où fut assassiné le poète et cinéaste Pier Paolo Pasolini en 1975, ce film nous invite à explorer des zones urbaines peu connues.

Le film « Anges et démons » de Ron Howard (2009) avec Tom Hanks, explore divers des sites les plus caractéristiques de Rome comme l’Eglise Sainte-Marie-de-la-Victoire, la place Saint-Pierre, la place Navona, le Château Saint-Ange et le Panthéon.

Enfin nous concluerons avec « La Grande Bellezza » de Paolo Sorrentino (2013) dans lequel les plus grandes beautés romaines au gré desquelles les personnages évoluent sont : le Parc des Aqueducs, les Thèrmes de Caracalla et la place du Campidoglio où l’acteur principal Tony Servillo s’asseoit sur un banc en tournant, avec nonchalance, le dos à la colossale statue de Marforio.


therme-de-caracallas

 

Related posts

La BD, “On fera avec”

Liza

Photographie – Dans l’intimité des McCartney

Bizolle

Voyage – Les bons plans d’un week-end à Rome entre amis

Hurluberlu et ses ami(e)s