Culture G

Technologie – Transhumanisme ou trashumanisme ?

Partager cet article

On se demandait un peu ironiquement en juillet dernier comment devenir un superhéros. Mais l’article très second degré de François sera presque un article scientifique d’ici une dizaine d’années !

La tendance est au transhumanisme ! Les investissements faits par des sociétés comme Facebook et Google sont colossaux et être un homme semble ne plus suffire.

Le transhumanisme c’est le nom que l’on donne à ce nouveau mouvement de fanatiques.  Les H+ (comme on les appelle dans le jargon scientifique) veulent réparer les défauts inhérents ou provoqués de l’être humain et améliorer ses capacités physiques et intellectuelles.

Selon eux, le vieillissement et la mort sont des maladies qu’il faut parer. Les plus fortunés d’entre eux participent même à un programme qui congèlera leurs corps à leurs décès, pour les faire revenir à la vie le jour où la technologie le permettra ! (Oui oui, comme Han Solo congelé tel un surgelé Picard dans le film Star Wars !)

han-solo-congele

 

Transhumanisme ou “trash” humanisme ?

 

Il y a un légèrement plus d’une semaine, (jeudi 20 novembre), se tenait la “Transvision”, le colloque international du “trash” humanisme à Paris. Et méfiez-vous, selon eux,  ils estiment que vers “l’an 2030” les hommes deviendront sur-hommes. En effet, les avancées seront telles qu’ils pourront numériser vos connaissances, mais aussi vos pensées et vos goûts sur un robot. Ainsi, dans une quinzaine d’années, vous aurez la chance d’être immortel, ou presque !

Mais quelles sont les conséquences ?

Il n’y a déjà pas assez de place pour nous tous sur la Terre alors imaginez ce que serait le monde avec des transhumains… Comment faire ? On a étudié pour vous plusieurs pistes possibles :

Solution 1: On arrête de procréer

Mon arrière-arrière-arrière-petit-fils, que j’ai plusieurs fois imaginé très fièrement, heureux dans une voiture volante en compagnie d’une belle rousse dans un monde au décor du film “Le cinquième élément”, ne verra jamais le jour. Je lui présente toutes mes excuses. Mais à cause de mon égoïsme et de mon goût pour l’évolution, je me suis approprié ce monde tout comme je me suis approprié sa vie, en vivant éternellement avec mes confrères.

Et comme nous ne partons plus, le turnover est foutu ! Ne cherche pas gamin, il n’y a pas de place pour toi, c’est normal et c’est d’ailleurs bien connu : “la nature fait mal les choses !”. En améliorant notre monde, nous avons fait un arrêt sur image. Drôle d’évolution me direz-vous ?

le-cinquieme-element-hulubberlu transhumanistes

 

Solution 2: La surpopulation

On continue la procréation et la cumulons à cette pierre philosophale. En d’autres mots, on transforme cette terre où chacun a déjà du mal à trouver sa place en un métro chinois aux heures de pointe. On fait de cette terre un abîme où l’on va retrouver comme sur chaque territoire trop peuplé une insécurité débordante et une intimité violée. Tout le monde ne pourra pas rentrer dans le métro et nous essayerons d’éliminer le plus de monde à chaque arrêt afin de pouvoir nous préserver d’un peu plus d’air pour notre propre survie.

 

Solution 3: Le déséquilibre

On fait un mix des 2 : Les riches auront accès aux “nouvelles technologies de pointe” et, pendant que leurs patrimoines (économique, généalogique et culturel) croîtront de manière prospère, les familles les plus démunies seront handicapées par leur inadaptation à un monde où les premiers ont financièrement la possibilité d’améliorer leurs capacités physiques et intellectuelles. Nous reviendrons aux termes “d’hommes” désignant la norme et de “sous-hommes/intouchables” désignant les plus démunis et leurs handicaps. – Un peu ironique pour un mouvement qui souhaite justement supprimer les handicaps.

Alors, quelles solutions préférez-vous ?

 

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme
François Rabelais

Related posts

Sport – Paris ville bénie du football

Salimaongle

Étienne de Crécy fait-il de la musique de supermarché?

Hurluberlu et ses ami(e)s

Quentin Dupieux : L’Oizo surréaliste de la réalité

Hurluberlu et ses ami(e)s