Coups de Coeur

Cinéma – Prisoners, un vrai thriller.

PRISONERS thriller cinéma film
Partager cet article

Prisoners, un vrai thriller !

Je n’avais encore jamais vu un film du réalisateur Québécois Denis Villeneuve; ce soir il a forcé le respect avec Prisoners. Au-delà du casting et de l’ambiance frissonnante de l’hiver pensylvanien, il a su allier la subtilité à la brutalité sans jamais tomber dans l’excès de l’un ou de l’autre.

Prisoners est un thriller passionnant de bout en bout. On a beau chercher la longueur dans les 2h30 de film, on ne la trouve pas. Les rebondissements permettent de tenir le spectateur en haleine pendant toute cette durée. La pose du cadre se fait très sereinement sans s’éterniser. L’intrigue arrive et présente plus ou moins rapidement tous les personnages. La colère de Keller monte progressivement mais ne choque pas. Elle s’inscrit parfaitement dans l’histoire et complète remarquablement l’enquête piétinante de Loki. La relation entre les deux personnages est par ailleurs parfaitement orchestrée au point d’en oublier que ce sont Hugh Jackman et Jake Gyllenhaal. De plus, les soupçons de ce dernier sur la disparition du premier suspect créent une histoire parallèle, retenant un certain suspense sur l’enlèvement des deux petites filles.
Pour ne pas trop en dire, je m’arrête là. Retenez simplement que la prestation du duo d’acteurs cités est fabuleuse et que bien prétentieux sera celui qui dira avoir la solution de l’intrigue dès la première heure de film. Les indices apparaissent au fur et à mesure sans jamais révéler la fin de l’histoire. J’irais peut-être même jusqu’à mettre un billet sur ce film pour le meilleur thriller de l’année. To be continued…

Hugh Jackman dans Prisoners, au sommet de son art!
Vous aimez les thrillers ? On vous propose aussi notre avis sur Un homme Idéal. A moins peut-être que vous soyez plus du genre Marvel ..?

Related posts

Photographie – Janol Apin, les stations du métro Parisien au pied de la lettre

Bizolle

Roger Steffens, la photographie dans tous ses états

Bizolle

Le disque du mois #9 – The Church de Mr Oizo

Justine